tunnel des amoureux

  • Du changement à partir de l'an prochain

    Pin it!

    A partir du 1er janvier, ce blog migrera sur wordpress. Ce qui signifie que tous les articles seront dorénavant publiés sur :

    https://tunneldesamoureux.wordpress.com/ 

    Les publications seront progressivement transférées sur ce site mais demeureront, jusqu'à nouvel ordre, sur ce blog skynet. Il n'y aura pas de changement sur le fond. Je continuerai à écrire des articles relatifs à l'histoire ou la petite histoire d'Ecaussinnes, dans la mesure de mes possibilités.

    Merci de m'avoir suivi ici pendant ces douze années. Je vous donne par conséquent rendez-vous sur https://tunneldesamoureux.wordpress.com/ en espérant vous y retrouver nombreux. 

  • Neige sur l'Église Sainte Aldegonde

    Pin it!

    L'Église Ste Aldegonde vue de la rue des Robinettes qui s'étire en un sentier vers le Tunnel des Amoureux... Photo prise lors d'un hiver (encore classique) au début des années 80.

     Sans titre-Numérisation-15 [800x600]

  • Dans un vieux guide du Touring Club

    Pin it!

    La Louvière et le CentrePublié en 1918, le guide du Touring Club de Belgique, "La Louvière et le Centre - 50 promenades pédestres" consacrait, dans son chapitre dédié à la Vallée de la Sennette, quelques pages à Ecaussinnes. Le rédacteur proposait aux randonneurs une excursion d'Ecaussinnes à Henripont, "excursion trop peu connue, peut-être, parce qu'elle exige un trajet préalable en chemin de fer et met le voyageur à la merci de l'horaire des trains", écrivait Lecram.

    L'auteur prend des accents si pittoresques, si fleuris en décrivant notre localité, qu'elle semblerait presque exotique.

    Morceau choisi :
    Enfiler un bout de ruelle, et passer sous le "Tunnel des Amoureux", particulièrement agréable à traverser en été, quand il fait très chaud, car il y règne toujours une grande fraîcheur.

    On arrive ainsi au bord de la rivière, au doux murmure, qu'il faut longer pendant une petite demi-lieue jusqu'au moulin de Combreuil.
    Ne vous pressez pas, savourez à l'aise le charme indicible de l'adorable paysage que vous offrent les flancs de la vallée dont vous suivez le fond.

    Voici à droite le Castia des Belles-Dames rocher lavé des terres dans l'un des cataclysmes du monde. A gauche, là où passe actuellement la ligne de chemin de fer, existait encore, il y a une trentaine d'années, une petite grotte taillée dans le roc, d'aspect sauvage et pittoresque. L'endroit où se trouvait cette grotte se nomme encore actuellement le Trou des fées.

  • Sacré Marcel !

    Pin it!

    goûter,tricot,blague,bassée,célibataires,jeunes filles,sainte catherine,wargnies,place des comtes,tunnel des amoureux,douces arcades,pont des soupirs,rocher des belles dames,amour

    Nous sommes en 1902. Marcel a 19 ans et il vient de participer à l’une de ces collations traditionnelles. Le jeune homme a l’humour espiègle et une idée audacieuse germe dans son esprit : celle de concocter une farce pour le « mai » de l’année suivante… Sa blague sera d’autant plus efficace qu’il peut s’appuyer sur un père qui exerce la respectable fonction de secrétaire communal. Les Tricot disposent, en outre, d’une presse puisqu’ils possèdent une imprimerie. Marcel compose donc une affiche de son cru. À la faveur de la nuit, il placarde l’avis, aux abords de l’église. Voici ce qu’on y lisait :

    Ecaussinnes-Lalaing.
    Place de la Bassée.
    A l’occasion du « mai » planté en l’honneur de la jeunesse.
    Lundi 1er juin 1903 (Pentecôte).
    A 4 heures.
    GOÛTER MONSTRE
    Offert par les 60 jeunes filles à marier du centre de la commune.
    Étant délaissées par un grand nombre de nos concitoyens, nous prions les jeunes gens des environs de bien vouloir participer au dit goûter, et espérons avoir sous peu le plaisir d’assister à de nombreux mariages.
    Les 60 jeunes filles à marier.
    Plusieurs sont sur le point de coiffer Sainte-Catherine.
    N.B. Bien retenir la date du 1er juin.

    Marcel ne s’arrête pas en si fripon chemin puisqu’il expédie à vingt journalistes, un communiqué reprenant le texte de l’affiche. Interloqués, amusés, sceptiques, certains rédacteurs réclament des éclaircissements à l’administration communale, et reçoivent confirmation auprès du… secrétaire communal.

    La réaction ne se fait pas attendre. Le courrier commence à affluer. Assisté de son ami Georges Wargnies, Marcel se met dès lors à répondre aux lettres enflammées de jeunes femmes en quête d’un mari. Un comité de demoiselles est dare-dare constitué et on nomme la première Présidente.

    L’initiative était pour le moins hardie pour l’époque. Le féminisme était loin de recevoir un écho favorable dans les villages et, en dépit des conventions et de la bonne morale du temps, Marcel proposait aux jeunes filles de tenter le premier pas… On devine l’effarouchement et les murmures de réprobation des sensibilités les plus prudes lorsque l’événement prit forme. La Présidente tente d’émousser les reproches, en livrant ce discours :

    « Messieurs, Lorsque parurent dans les journaux les quelques lignes annonçant aux célibataires du monde civilisé nos intentions matrimoniales, beaucoup de braves gens imbus de principes surannés, firent chorus avec les quelques vertus effarouchées et plus ou moins suspectes nous accabler de leurs sarcasmes. Si nous n’avions pas été fortes dans notre résolution, si nous n’avions pas été animées de l’ardent désir de faire la connaissance de ceux que nous voudrions pouvoir un jour aimer avec toute l’ardeur du sublime amour conjugal, nous aurions, sans doute, abandonné ce projet un peu hardi, nous le reconnaissons, mais capable de détruire ces déplorables préjugés condamnant la jeune fille à attendre patiemment sous l’orme, le prince charmant, qui le plus souvent, se fait attendre ou qui, par comble de malheur, ne vient jamais.Et pour plaire à ces bonnes gens, nous aurions probablement dû nous vouer au célibat éternel, sacrifier nos trésors de tendresse et remercier la Providence de nous avoir faites les victimes de ces convenances absurdes qui régissent l’humanité.

    Devant le spectacle inoubliable qui se présente à nos yeux, il est permis de se rendre comte de la faute énorme que nous aurait fait commettre notre défaillance. Nous sommes heureuses et fières d’être les vulgarisatrices d’un système qui ne manquera pas d’être adopté bientôt partout et facilitera d’une façon sérieuse les rapports entre les personnes désireuses de se plonger dans les douceurs de l’hymen. Vous n’êtes pas restés sourds à notre appel, Messieurs, parce que vous êtes convaincus que l’émancipations de la femme, ainsi comprise, est une chose excellente, que vous en bénéficierez au même titre que nous puisque les grands philosophes sont unanimes à proclamer que le bonheur réel ne réside que dans le mariage.Vous venez de nous prouver que pour ceux qui ont du cœur, les distances ne sont rien ; des quatre points cardinaux, vous êtes accourus en foule. Votre présence fait battre nos cœurs d’une divine allégresse. Nous vous en remercions tous et à tous, nous vous souhaitons la bienvenue. »

    Les trois premières années, l’événement a pour cadre la Place de la Bassée mais le succès grandissant des réjouissances pousse les organisateurs à déplacer le Goûter vers la Place des Comtes, alors baptisée « Place de la Ronce ».

    Cerné par des barrières Nadar et par les flèches de Cupidon, le village d’Ecaussinnes-Lalaing se parfume de romantisme chaque lundi de Pentecôte. Les amoureux s’engouffrent dans le Tunnel qui porte leur nom. Marcel Tricot a, en effet, pris le tendre soin de rebaptiser les endroits stratégiques de sa localité (« Douces Arcades » pour « Douze Arcades », « Pont des Soupirs » pour rivaliser avec Venise, le « Rocher des Belles Dames »… ).

    Les « candidats au mariage » débarquent en masse dans la coquette bourgade, dans l’espoir de dénicher la perle ou tout simplement de badiner. Amourette d’un jour, coup de foudre, déception ou début d’une union solide, l’aventure vaut, semble-t-il, la peine d’être vécue puisqu’on vient du monde entier à Ecaussinnes... Pour peu qu'on croit à l'Amour...

  • Le Tunnel des Amoureux

    Pin it!

    tunnel des amoureux,marcel tricot,follie,château,goûter matrimonial,comte de lichtervelde

     

    Le Tunnel des Amoureux qui longe, capricieux et coquet, le Château de la Follie, doit son appellation au facétieux inventeur du Goûter Matrimonial, Marcel Tricot. Le sentier pittoresque à souhait, a vu bien de tendres baisers s'échanger. Sa construction est toutefois relativement récente puisqu'on sait qu'il n'existait pas en 1841. C'est au début du XXe siècle, que le Comte de Lichtervelde, vraisemblablement las de voir des intrus fouler ses terres, a fait ériger un mur autour de son domaine. Il n'a pas fallu attendre longtemps avant que Marcel Tricot baptise le lieu et lui confère ses lettres galantes...

    ΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩ