sncb

  • Visiter Ecaussinnes en 1938, c'est forcément prendre le train

    Pin it!

    sncb,excursions,belgique,château,château-fort,publicitéFin des années 30, le train est le moyen le plus pratique et le plus économique de voyager. Et par tourisme, on entendait souvent l'exploration du patrimoine historique belge. Aussi, ne faut-il pas s'étonner de voir de nombreuses mentions d'Ecaussinnes-Lalaing et de son château dans les prospectus de la SNCB publiés en 1938. Le service publicitaire de la SNCB avait d'ailleurs édité douze dépliants d'une collection nommée "La Belgique pittoresque".  Le numéro 1 de cet assortissement de guides s'intéressait ainsi aux châteaux historiques et châteaux forts. Le prospectus comportait notamment une carte des demeures d'intérêt à visiter. On pouvait y lire à la suite des ruines du château de Mariemont, qu'"un peu plus au nord, on visite l'ancien château fort d'Ecaussinnes-Lalaing, pittoresquement situé au sommet de rochers escarpés, au bord de la Sennette ; bien restauré, il sert actuellement de musée."

    sncb,excursions,belgique,château,château-fort,publicité

    sncb,excursions,belgique,château,château-fort,publicitéUne autre série intitulée "Nos Loisirs" a été édité par la Société Nationale des Chemins de Fer Belges, la même année et proposait cinq excursions d'une journée de gare à gare. La 2e excursion partait à la découverte de Mariemont pour se diriger vers Morlanwelz, soit 6 km et demi. Ensuite, on plongeait dans la Vallée de la Sennette d'Ecaussinnes-Carrières à Henripont, soit un trajet de 7 km. A l'époque, on prend le train à la gare de Henripont. Douce époque où il était possible de visiter la plupart des villes et villages de Belgique par le train et puis, avec une bonne foulée, on visitait toutes les curiosités du cru... Ah oui et le slogan de la SNCB à cette époque, c'était : "Pour voyager seul, en famille ou en groupe, le chemin de fer est PLUS SÛR, PLUS RAPIDE, MOINS CHER."

    sncb,excursions,belgique,château,château-fort,publicitésncb,excursions,belgique,château,château-fort,publicité

     

  • La gare d'Ecaussinnes Carrières à la Belle Époque

    Pin it!

    Avec la gentillesse de "Paimp" (Boîte à Ragots)

    IMG0039

  • Au temps de la vapeur

    Pin it!

    Le chemin de fer à Ecaussinnes Carrières (avec la gentillesse de Paimp - Boîte à Ragots).

    IMG0007

  • Joyeuse Saint Valentin, les Ecaussinnettes (et Ecaussinnets) :

    Pin it!
    Une photographie volée dans le couloir sous-voie de la gare d'Ecaussinnes et un message dédié à tous les amoureux d'Ecaussinnes ! Vive l'Amour !

    tunnel,gare,sncb,ecaussinnes,couloir,sous-voie,rail,chemin de fer,tags,graffitis,art,peinture,fresque

  • Dans un vieux guide du Touring Club

    Pin it!

    La Louvière et le CentrePublié en 1918, le guide du Touring Club de Belgique, "La Louvière et le Centre - 50 promenades pédestres" consacrait, dans son chapitre dédié à la Vallée de la Sennette, quelques pages à Ecaussinnes. Le rédacteur proposait aux randonneurs une excursion d'Ecaussinnes à Henripont, "excursion trop peu connue, peut-être, parce qu'elle exige un trajet préalable en chemin de fer et met le voyageur à la merci de l'horaire des trains", écrivait Lecram.

    L'auteur prend des accents si pittoresques, si fleuris en décrivant notre localité, qu'elle semblerait presque exotique.

    Morceau choisi :
    Enfiler un bout de ruelle, et passer sous le "Tunnel des Amoureux", particulièrement agréable à traverser en été, quand il fait très chaud, car il y règne toujours une grande fraîcheur.

    On arrive ainsi au bord de la rivière, au doux murmure, qu'il faut longer pendant une petite demi-lieue jusqu'au moulin de Combreuil.
    Ne vous pressez pas, savourez à l'aise le charme indicible de l'adorable paysage que vous offrent les flancs de la vallée dont vous suivez le fond.

    Voici à droite le Castia des Belles-Dames rocher lavé des terres dans l'un des cataclysmes du monde. A gauche, là où passe actuellement la ligne de chemin de fer, existait encore, il y a une trentaine d'années, une petite grotte taillée dans le roc, d'aspect sauvage et pittoresque. L'endroit où se trouvait cette grotte se nomme encore actuellement le Trou des fées.

  • Bienvenue aux Ecaussinnes

    Pin it!


    Il fait petit et coquet chez nous mais mazette, il y en a de choses à découvrir... Le Week-end Bienvenue qui se déclinera à Ecaussinnes, ces 13 et 14 mai, en est une preuve éclatante. Pas moins d'une vingtaine de lieux seront accessibles aux curieux. Parmi les visites les plus insolites, il ne faut pas manquer le Musée du Chapeau (rue Arthur Pouplier) de Mme Lefebvre, qui a installé ses modèles dans leur écrin d'époque; le superbe Musée de la Pêcherie des Bords de l'Escaut entre 1850 et 1900, conçu par Cyriaque Bayot, à Marche-lez-Ecaussinnes, un lieu incontournable, d'autant qu'il n'est pas souvent accessible (les réservations sont obligatoires au 067/44.31.15 ou 0478/257.504); le Musée des Deux Guerres à la rue Pouplier; le Musée de l'Information et de l'Histoire locale (rue Jacquemart Boulle) qui devrait sans doute constituer la première étape des visiteurs; le parc du Château de la Follie; le Château-Fort où vous pouvez, en outre, admirer une exposition de l'artiste surréaliste écaussinnois, Henry Lejeune; les anciennes carrières de Scoufflény...
    Pour avoir une petite idée de la question, faites donc un tour sur http://www.walloniebienvenue.be/week-ends/detail.php?lng=FR&adc=9
    Plus besoin de faire de projets pour votre week-end ! Bienvenue aux Ecaussinnes !

  • Gare à la gare !

    Pin it!


    La gare d'Ecaussinnes-Carrières aux environs de 1908, par une matinée de Goûter Matrimonial


    Je ne peux m'empêcher de ressentir un pincement au coeur, lorsque je passe devant la gare d'Ecaussinnes. Aujourd'hui proie des vandales et de l'indifférence générale, la station accueillait quotidiennement la bagatelle de 5000 voyageurs, à la fin des années 1930 et on y recensait près de cent trains par jour.
    A l'époque, la presse relayait la nécessité de sécuriser l'outil ferroviaire et les abords de la gare. Dans "La Sennette" du 2 janvier 1938, on lit notamment ceci : "Il y a un an, nous avons signalé l'insécurité des voyageurs dans cette gare. Les journaux ont fait écho aux réclamations formulées. Depuis qu'a-t-on fait ? Rien ! Nous rendons à nouveau la SNCB responsable des accidents qui tôt ou tard se produiront. Pas un abri pour les voyageurs ! Attend-t-on que le malheureux accident arrivé à notre estimé concitoyen Justin Cousot se réitère en gare d'Ecaussinnes-Carrières ? Pas un abri pour les ouvriers prendre leur repas ! Et la municipalité d'Ecaussinnes, qu'a-t-elle fait pour signaler à qui de droit la vétusté des bâtiments, le danger permanent des quais ? Rien, absolument rien ! Un bon mouvement, messieurs ! Pourquoi n'inviteriez-vous pas notre ministre des Transports à venir constater de visu la largeur des quais, tout spécialement celui se trouvant entre les voies 1 et 2; le passage des trains sur le seuil de la porte de la salle d'attente; le danger de traverser les voies, le manque d'abris pour ouvriers et voyageurs de la gare ? Un bon mouvement, messieurs de la municipalité, nous avons des élections pour le renouvellement de vos mandats en 1938." (...)
    L'insécurité en ces temps, correspondait à des défauts d'équipement; de nos jours, l'insécurité fait davantage référence à un climat, un état d'esprit. J'ignore quelle insécurité est la plus intolérable mais j'ai comme l'impression qu'on s'indigne clairement de moins en moins.


    gare,sncb,train,chemin de fer,rail,sennette,ecaussinnes-carrières,quai,salle d'attente,voyageursgare,sncb,train,chemin de fer,rail,sennette,ecaussinnes-carrières,quai,salle d'attente,voyageurs