mercredi, 12 juillet 2017

La Nature n'est pas une poubelle !

C'est l'un des poumons de la région écaussinoise. Le Bois de la Houssière s'étire essentiellement sur la commune de Braine-le-Comte mais aussi sur Henripont. Les promeneurs et contemplateurs de la Nature se plaisent à venir s'y enfoncer et pourquoi pas s'y perdre. Les abords du Bois sont parés de champs, de prairies, de petites routes... Le charme campagnard et bucolique s'évapore quand on pose le regard sur les accotements, dans lesquels les voyous et répugnants vandales du macadam abandonnent les reliefs de leur consommation. 

vendredi, 30 novembre 2012

Mika shoe, les derniers clichés

ecaussinnes,mika shoe,chancre,pollution,commerce,industrie,chaussure,walloniemika shoe,chancre,pollution,commerce,industrie,chaussure,wallonieecaussinnes,mika shoe,chancre,pollution,commerce,industrie,chaussure,wallonieecaussinnes,mika shoe,chancre,pollution,commerce,industrie,chaussure,wallonieecaussinnes,mika shoe,chancre,pollution,commerce,industrie,chaussure,wallonieecaussinnes,mika shoe,chancre,pollution,commerce,industrie,chaussure,wallonie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur le même sujet : http://tunneldesamoureux.skynetblogs.be/archive/2008/03/0...

jeudi, 22 novembre 2012

Mika Shoe, talon d'Achille d'Ecaussinnes (2)

Mika Shoe, chaussure, immondices, déchets, chancre, industriel, pollution, sécurité

Déclarée en faillite au début des années nonante, la société Mika Shoe se voit apposer des scellés sur sa porte. Obstacle bien illusoire puisque les intrus et les vandales de tous poils auront vite fait de violer les lieux. Plusieurs incendies ravageront l'ancien magasin de chaussures. Les autorités publiques tentent à plusieurs reprises de s'arranger avec le propriétaire dans le but de racheter ce qui est devenu un chancre mais sans succès. Entre 2002 et 2004, plusieurs arrêtés ministériels sont dès lors pris pour contraindre le propriétaire à effectuer les travaux d'assainissement et à y relancer une activité économique. Rien n'y fait. Le propriétaire est assigné en justice par la Wallonie mais en 2007, une demande de permis d'urbanisme est déposée par le propriétaire, réduisant à néant les projets communaux. Récemment encore, alors que le ministère wallon de l'Aménagement du Territoire s'apprête à allonger une somme de plus de 400.000 € à la commune d'Ecaussinnes pour le réaménagement du site, le propriétaire soumet une nouvelle demande de permis en vue d'exploiter un commerce. La fin du chancre n'est donc pas encore écrite...

mika shoe,chaussure,immondices,déchets,chancre,industriel,pollution,sécuritémika shoe,chaussure,immondices,déchets,chancre,industriel,pollution,sécurité mika shoe,chaussure,immondices,déchets,chancre,industriel,pollution,sécuritémika shoe,chaussure,immondices,déchets,chancre,industriel,pollution,sécuritémika shoe,chaussure,immondices,déchets,chancre,industriel,pollution,sécurité

vendredi, 16 novembre 2012

Mika Shoe, le talon d'Achille d'Ecaussinnes

ecaussinnes,mika shoe,rue de la haie,chancre,sécurité,danger,pied,chaussure,pollution,immondices,dépôts sauvages,déchets

mika shoe,rue de la haie,chancre,sécurité,danger,pied,chaussure,pollution,immondices,dépôts sauvages,déchetsJ'avais déjà évoqué ce chancre industriel sur le territoire d'Ecaussinnes, rue de la Haie. Tous les Ecaussinnois connaissent les anciens bâtiments de Mika Shoe livrés à une dégradation inexorable depuis près de 30 années.

A la faveur de quelques rayons chaleureux de ce début d'automne, j'ai promené mon objectif dans ces lieux hantés qui dégagent un charme macabre et diffusent une atmosphère inquiétante, sombre. On se croirait dans un décor post-apolyptique. Seule la verdure, par miracle, s'engouffre, curieuse et exubérante, par ce qui faisait naguère office de portes ou de fenêtres.

On imagine le lieu peu sécurisé (et peu sécurisant), pourtant, rien n'a été prévu pour empêcher l'accès du quidam au bâtiment. On y croise des ombres qui ne se regardent pas, qui s'ignorent, sans doute par honte de traîner en ces lieux peu reluisants. Je me fonds dans le décor, comme les autres spectres. Des immondices ont été déversés ça et là. Des sacs de poubelle éventrés par des rats, des couche-culottes gonflées, des cannettes rouillées par centaines, des mika shoe,rue de la haie,chancre,sécurité,danger,pied,chaussure,pollution,immondices,dépôts sauvages,déchetsmégots de cigarettes, des chaussures en fin de course qui semblent avoir choisi leur cimetière, des pots de yaourt intacts dont la date de péremption effraye même les rongeurs,... Autant de reliquats de notre belle et riche civilisation de l'abondance et du gaspi.

Comme s'il fallait à tout prix s'approprier ces lieux, comme s'il fallait les illuminer d'une vaine flamboyance, des graffeurs ont apposé leur griffe sur chaque bout de béton disponible. L'art de la rue s'enferme au royaume des ombres. C'est comme si chaque signature signifiait "j'existe", "je tague donc je suis"... Ecaussinnes, cité d'art... cité d'ombres...

Un vent coulis se glisse subrepticement et me murmure une plainte étrange et sinistre. Je frissonne et tourne les talons pour m'enfoncer dans le vert de la campagne environnante.

mika shoe,rue de la haie,chancre,sécurité,danger,pied,chaussure,pollution,immondices,dépôts sauvages,déchetsmika shoe,rue de la haie,chancre,sécurité,danger,pied,chaussure,pollution,immondices,dépôts sauvages,déchets(à suivre)mika shoe,rue de la haie,chancre,sécurité,danger,pied,chaussure,pollution,immondices,dépôts sauvages,déchets

mika shoe,rue de la haie,chancre,sécurité,danger,pied,chaussure,pollution,immondices,dépôts sauvages,déchets