mercredi, 21 juin 2017

Une rue porte son nom : le Docteur René Bureau

Les Ecaussinnois la connaissent pour son école, sa maison de retraite et son cimetière. La rue Docteur René Bureau est une artère qui réunit, en définitive, tous les âges de la vie... et au-delà. Au hasard des rayons d'une bouquinerie, j'ai repéré l'Almanach 1935 du journal "Le Soir" qui consacrait un petit article au Docteur René Bureau, dans sa rubrique "nécrologie"

docteur rené bureau,socialiste,hainaut,politique,le soir,almanach,rue docteur bureau,1935Né en 1871 à Saint-Léger, René Bureau décroche un diplôme de docteur en médecine à l'Université de Bruxelles. C'est à ce momement qu'il décide de s'installer à Ecaussinnes où il sera conseiller communal socialiste. Jusqu'en 1929, il sera également conseiller provincial du Hainaut ainsi que député permanent. Il devient ensuite directeur de l'Institut d'Hygiène et de Bactériologie de Mons. On le retrouve alors à la direction générale des oeuvres sociales de la province. Il est aussi directeur médical de l'Institut médical de l'Institut chirurgical des mutualités sociales de La Hestre. Il est décédé à Ecaussinnes, le 24 février 1934.

docteur rené bureau,socialiste,hainaut,politique,le soir,almanach,rue docteur bureau,1935

lundi, 23 mai 2016

Des Joyaux de la Couronne à Ecaussinnes aussi

Joyaux de la Couronne 2.jpgJoyaux de la Couronne 1.jpgCe livret de 24 pages peut facilement passer inaperçu, surtout si l'on ne s'intéresse pas à la monarchie. Et pourtant, le fascicule n'a en réalité rien à voir avec la royauté, puisqu'il s'agit d'informations touristiques sur le Hainaut. Un livret qui a été publié par la Fédération du Tourisme de la Province de Hainaut, sans mention de date mais qui doit vraisemblablement dater de la fin des années 50 ou du début des années 60. Garni de photographies en noir et blanc, il est préfacé par Alexandre André, député permanent et président de Hainaut-Tourisme. Ce politicien socialiste originaire du Borinage mais installé à La Louvière, remplaça Ernest Martel en tant que député permanent, en 1938 et instaura, en Hainaut, les "séances de délassement intellectuel". Détail qui a son importance, cette brochure a été imprimée en Belgique.                                                                                            Joyaux de la Couronne 3.jpg

Ecrit par Jean Goffin, conseiller artistique au Commissariat Général au Tourisme, le texte évoque bien entendu les châteaux des Ecaussinnes. "Parlant ainsi d'amour, comment ne pas songer immédiatement à Ecaussinnes et son goûter matrimonial, lequel débute - comme vous savez - au pied du Château d'En Haut, pour se terminer - du fait d'on ne sait quel symbolisme narquois dans le tunnel des amoureux... du Château de la Follie!"

                                           Joyaux de la Couronne 4.jpg

L'auteur s'attache d'abord au Château d'En Haut qui surplombe la place de la Ronce, lieu des festivités du goûter matrimonial. "(...) le mariage, comme la ronce, n'est pas sans épine.", ironise Jean Goffin. "Ce que les faits eux-mêmes semblent accréditer, puisqu'au XIIe siècle, les Ecaussinnes ne formaient qu'un seul village - j'allais écrire un seul ménage - et que, depuis lors, la séparation perdure entre Ecaussinnes-Lalaing et Ecaussinnes-d'Enghien... par consentement mutuel." 

La Follie, "jadis forteresse lui aussi, grâce à de profondes et redoutables douves aujourd'hui comblées, c'est à présent, du fait de remaniements successifs, un château grâcieux dont le parc s'orne de prestigieux massifs de hêtres rouges centenaires."

A l'époque, le château de la Follie était ouvert aux visiteurs du 1er juillet au 30 septembre et l'entrée coûtait 10 francs. Le château-fort était accessible tous les jours de Pâques à la Toussaint (sauf le vendredi), et le tarif était de 5 francs.

mercredi, 25 juin 2014

Entre les pages du cahier de géographie...

cahier,géographie,primaire,école,documentation,scolaire,hainautIl était un temps où la netteté des cahiers était cruciale. Il fallait écrire avec beaucoup de soin, suivre scrupuleusement les lignes du cahier, éviter les pâtés et alimenter notre cahier avec des éléments de documentation (photos, articles de journaux, illustrations découpées dans des magazines, etc.). Je faisais feu de tout bois en 5e année primaire et les cartes postales et les cartons de bière constituaient d'excellentes illustrations de documentation. J'avais vraisemblablement découpé la photo du château fort d'Ecaussinnes dans un journal.

Quant au cours, il me semble d'une simplicité limpide. Surtout lorsqu'on arrive au paragraphe concernant la religion. Hé oui, à l'époque, on ne discute pas, elle est essentiellement catholique. Et le Hainaut est industrieux. Est-il si lointain que cela, ce passé? L'industrie lourde est concentrée dans les régions de La Louvière et de Charleroi. Le calcaire est exploité dans le Tournaisis et le petit granit l'est à Soignies et à Ecaussinnes. La houille est extraite à Mons et dans le Borinage, à La Louvière et dans le Centre, ainsi que dans la région de Charleroi.cahier,géographie,primaire,école,documentation,scolaire,hainaut

Le stencil de l'institutrice s'attarde sur la région : Braine-le-Comte est connue pour ses ateliers métallurgiques et sa verrerie ; Soignies est aussi réputée pour sa verrerie. A Binche, on fait dans la confection et à Enghien, dans le textile.

Parfum d'antan

Ah oui! Stencil... Ce mot peut paraître étrange pour les moins de 30 ans. En fait, le stencil était utilisé dans les classes, bien avant l'apparition du photocopieur. C'était en quelque sorte l'ancêtre de la  photocopie. C'était le même principe que le papier carbone, sauf qu'il fallait introduire la feuille originale manuscrite dans une machine munie d'un rouleau et d'une manivelle. Il suffisait de tourner la manivelle pour polycopier l'original. Le papier chaud et  imbibé d'une forte odeur d'alcool sortait du rouleau et chaque copie était distribuée aux élèves. Je parie que je n'étais pas la seule à renifler cette feuille à l'odeur bien particulière.

Le Hainaut est somme toute un pays d'heureuse rencontre, comme le constate cette brochure vraisemblablement issue par la Province de Hainaut, fin des années 60. Entre villes d'art, abbayes, châteaux, centres industriels et plan incliné de Ronquières...

"La Belgique est notre patrie", avait écrit l'enseignante. "La nation belge groupe les Wallons et les Flamands"... "La plupart des Belges sont catholiques"...Hou, c'est très loin, tout ça!

 cahier,géographie,primaire,école,documentation,scolaire,hainaut

 

lundi, 21 octobre 2013

"Châteaux en Hainaut" d'Emile Poumon

 hainaut, Poumon, fédération du tourisme du hainaut, follie, château forthainaut,poumon,fédération du tourisme du hainaut,follie,château fortCes illustrations sont extraites de l'ouvrage d'E. Poumon, "Châteaux en Hainaut", édité par la Fédération du Tourisme du Hainaut. Mention à l'un des châteaux féodaux les mieux conservés en Hainaut :"La forterèche de Scaussine du XIIe siècle fut considérablement agrandie par les Lalaing dans la seconde moitié du XIVe siècle. Onze tours rondes en poivrières, dont cinq subsistent quasi dans leur état d'origine, s'avançaient sur les hainaut,poumon,fédération du tourisme du hainaut,follie,château fortmurailles, dès le début du XVe siècle. (...)"

hainaut,poumon,fédération du tourisme du hainaut,follie,château fort"C'est encore une forteresse que le château d'Ecaussinnes d'Enghien situé en aval sur la rive gauche de la Sennette. Il avait, au XIVe siècle, la réputation de ne pouvoir être réduit ni par la force, ni par la menace, ni par les stratagèmes. Il la devait à ses fossés pleins d'eau, à ses quatre tours d'angle et à ses courtines; mais ses caractéistiques d'alors ont disparu lorsqu'en 1506, Isabeau de Witthem fit combler les fossés et apporta des transformations  qui altérèrent son aspect extérieur.. (...)"

Crédit photos : vue aérienne du château fort : Poncin - salle d'armes de la Follie : A.C.L. - cour intérieure et chapelle de la ollie : Georges Dopagne - vue postérieure du châteaude la Follie : Baron Fallon

hainaut,poumon,fédération du tourisme du hainaut,follie,château fort

hainaut,poumon,fédération du tourisme du hainaut,follie,château fort

jeudi, 12 janvier 2012

Les châteaux dans une brochure de la Fédération du Tourisme du Hainaut en 1971

Sans titre-Numérisation-01 (Copier).jpgS'il est un sujet qui a été traité maintes et maintes fois dans l'histoire d'Ecaussinnes, il s'agit bien de celui du château fort et du château de la Follie, que ce soit dans des ouvrages collectifs ou dans des monographies. Ici encore, c'est du château fort d'Ecaussinnes-Lalaing et de la Follie dont il sera question.

En 1971, Emile Poumon - édité par la Fédération de Tourisme du Hainaut - consacre une brochure aux châteaux du Hainaut, réservant quasi cinq pages aux monuments écaussinnois. "De la chambre contiguë au grand salon, on aperçoit la place de la Ronce où se déroule le traditionnel goûter matrimonial organisé, comme l'on sait, chaque lundi de Pentecôte, par les joyeuses "Ecaussinnettes"", écrit-il. Oui, vous avez bien lu "place de la Ronce". C'est la même place qui est actuellement connue en tant que "place des Comtes van der Burch".Il faut vraisemblablement remonter à la fusion des communes (1977) pour expliquer le changement d'appellation. La rue qui prend sa naisance sur la place et remonte jusqu'à la Place du Pilori, était à l'origine appelée rue Emile Vandervelde, si ma mémoire ne me fait pas défaut. Etant donné qu'il existait déjà une rue du même nom à Marche-lez-Ecaussinnes, la rue a été baptisée "rue de la Grande Ronce". Un clin d'oeil à l'ancienne appellation de la place des Comtes.

Sans titre-Numérisation-02 (Copier).jpg

Sans titre-Numérisation-03 (Copier).jpg

Sans titre-Numérisation-04 (Copier).jpgSans titre-Numérisation-05 (Copier).jpg                                                                                               Les photos sont extraites de la brochure. On y voit une vue aérienne du château fort, sa cuisine, la chapelle du XVIe siècle du château de la Follie ainsi qu'une des tableaux d'époque se trouvant dans la salle à manger de la Follie. Il s'agit de la course de taureaux célébrée à Benevante en l'honneur de Philippe le Beau.

15:26 Écrit par Nadine Lebrun dans Guides touristiques | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : château fort, follie, hainaut, châteaux, ronce, comtes, place |  Facebook | | Pin it! | | |