eau

  • Du pétrole changé en eau à Ecaussinnes

    Pin it!

    Extrait du journal bruxellois "Le Quotidien" du 1er mars 1916, cet article parle d'un Ecaussinnois qui s'est malheureusement fait gruger par un Bruxellois. Ce dernier avait, en effet, réussi, à lui vendre de l'eau pour du pétrole. Mais tout est bien qui finit bien puisque l'escroc s'est finalement fait pincer.

    escroc, 1916, Le Quotidien, Bruxelles, pétrole, eau

     

  • Le trou Barette a soif!

    Pin it!

    1436565574842.jpg

     

     

    Réserve d'eau potable gérée par la société Vivaqua, le trou Barette a subi les effets de la canicule. Ce qui nous vaut cette photo inhabituelle du bassin presqu'à sec.

    Sur l'ancienne carte postale, on y voit le trou le plus célèbre d'Ecaussinnes moins verdoyant certes mais dans des jours liquides plus fastes...

    ΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩΩ

    Quelques mots sur l'histoire du site: 

    Le trou Barette enchanteur mais inaccessible (1)

    Le trou Barette enchanteur mais inaccessible (2)

    Et un billet d'humeur:

    Pour le panorama, c'est à l'eau, quoi!
    405_001.jpg

  • Un trésor au fond de la Sennette...

    Pin it!

    rivière, sennette, or, promenaderivière,sennette,or,eau,promenadeJe profite d'un rayon de soleil doux pour musarder dans un village silencieux et déserté. Pas un bruit. Sinon le gazouillis des oiseaux et le murmure d'un vent taquin à travers les feuillages. Et le bzz bzz gourmand d'un bourdon qui butine une fleur sauvage. Et aussi l'entêtant gargouillis de la Sennette dont le débit lent et constant se gonfle délicatement le long du boulevard qui porte son nom. La végétation exubérante jette un voile presque pudique sur la rivière qui flamboye sous les rayons généreux d'une fin d'après-midi paresseuse.

    rivière,sennette,or,eau,promenadeLa Sennette s'étire sur une quarantaine de kilomètres. Elle prend sa source à Familleureux et arrose de ses notes riantes, Ecaussinnes, Ronquières, Virginal, Ittre et Oisquercq. Elle termine sa course insouciante à Clabecq où elle se jette dans la Senne.

    Aux Ecaussinnes, elle a toujours constitué une frontière naturelle : sur la rive gauche, c'est Ecaussinnes-Lalaing et sur la droite, on se trouve à Ecaussinnes d'Enghien.

    Mon regard est capté par un rayon étincelant qui fend l'eau presque cristalline et pénètre jusqu'au fond du lit du ruisseau et met à jour des pierres qui se parent de dorures. On dirait que de l'or git dans la vase. Un cadeau inattendu de fées ou lutins cachés à la faveur des herbes hautes ? Un trésor ignoré parce que nous avons oublié l'art de la contemplation ? Une illusion d'optique ? Peu m'importe. Le spectacle éphémère fait briller des pépites dans mes yeux. Et ça vaut tout l'or du monde, tout l'or de l'onde.

  • Trou Barette : pour le panorama, c'est à l'eau, quoi!

    Pin it!

    ecaussinnes,trou barette,eau,carrière,réserve naturelleC'est bien connu : on a un humour très particulier à Ecaussinnes. Très. S'il existait des visites guidées du village, il est certain que le fameux Trou Barette figurerait dans le lot de paysages bucoliques à voir. Sauf que...

    Assise sur un banc face à la route bruyante, je me demande pourquoi le banc est ainsi orienté. La vue imprenable sur le Trou Barette est derrière moi. La vue, hein? Je me dévisse la tête et j'ai l'impression de regarder une émission digne de l'épique époque du cryptage à la Canal +. Un grillage à maillage très étroit a été récemment placé. S'il convient en effet de protéger cette réserve d'eau potable appartenant à Vivaqua, fallait-il pour autant gâcher la vue du passant? J'observe en souriant un bourdon qui a bien des difficultés à se faufiler entre les mailles de la clôture. Voici un panorama qui donne la migraine...

    Sans doute y a-t-il des droits d'auteur sur la prise d'images de ces horizons écaussinnois? Quoi qu'il en soit, j'ai quand même poussé l'objectif de mon appareil photo entre les mailles du filet et imaginé ce que pourrait (ou pas) être la vue de ce site...

    ecaussinnes,trou barette,eau,carrière,réserve naturelle

     

    trou barette,eau,carrière,réserve naturelleecaussinnes,trou barette,eau,carrière,réserve naturelleSur le même sujet dans le blog :

    http://tunneldesamoureux.skynetblogs.be/archive/2005/12/20/le-trou-barette-enchanteur-mais-inaccessible-1.html

    http://tunneldesamoureux.skynetblogs.be/archive/2005/12/29/le-trou-barette-enchanteur-mais-inaccessible-2.html

    http://tunneldesamoureux.skynetblogs.be/archive/2006/01/03/le-trou-barette-enchanteur-mais-inaccessible-3-et-fin.html

  • Les carrières de Scoufflény vues du ciel: un ilôt bleuté

    Pin it!


    View Larger Map

    Chacun a passé quelques moments sur Google Street View pour voir sa maison, sa rue. Les images par satellite sont tout aussi impressionnantes, si pas davantage. Les carrières de Scoufflény, tout comme le Trou Barette, ont quelque chose de presque exotique. Comme une bulle de verdure et d'eau bleutée égarée loin de l'agitation du village. Comme un ilôt de tranquillité bordé d'arbres, de végétation et de champs blonds.

  • Scoufflény, une généreuse tranche de campagne à deux pas du petit village

    Pin it!

    IMG_7061.jpgScoufflény, c'est un peu le bout du bout du village. L'un des rares endroits écaussinnois où la campagne a encore droit de cité, et où la folie immobilière n'a pas encore grignoté l'humus.

    Bucolique, le hameau a gardé les stigmates de la présence de la carrière mais la végétation, luxuriante et sauvage, a fait son oeuvre tout en finesse. A Scoufflény, on peut encore fouler les bas-côtés herbus de la route en respirant à pleines bouffées les parfums de la campagne.

    IMG_7011mod.jpg On s'enivre de vert et de turquoise... quand le soleil daigne pointer le bout de son nez. Et on en oublierait presque le parc à conteneurs au coeur de cet oasis de calme et de senteurs champêtres. 

    IMG_7054mod.jpg IMG_7076.jpgLes "mauvaises herbes" parsèment la verdure des accotements. Indomptée, primitive et belle, la nature déploie  à Scoufflény toute sa suavité.

    Que Scoufflény demeure telle quelle longtemps encore. Tel est mon souhait. Que les pissenlits y fleurissent toujours en abondance. Que l'esprit champêtre imprègne les lieux. 

    Classé "Site de Grand Intérêt Biologique" par la Région wallonne, le site des anciennes carrières de Scoufflény s'étire sur plus de 37 hectares. Il comprend, en outre, un plan d'eau de 11 hectares, dont les profondeurs avoisinent les 50 mètres. C'est une propriété privée et il est, en principe, interdit d'y accéder. On sait que plusieurs plongeurs et nageurs y ont perdu la vie.

    A quand une mutation du site en réserve naturelle ? On peut rêver. Cette volonté aurait en tous cas le mérite de mieux protéger l'intérêt biologique des lieux et de mieux règlementer l'accès aux anciennes carrières. On peut imaginer un accès payant aux visiteurs avec sentiers balisés et possibilité de bénéficier d'un guide si on le veut. Il existe, après tout, peu de lieux naturels dans le Hainaut où l'on peut se promener, à l'écart du fracas de la vie urbaine. Eh oui, je rêve, je rêve...

     IMG_7013mod.jpg  

  • Le centre du village jadis autour du "Moulin Brûlé"

    Pin it!

    moulin brûlé,centre,moulin banal,brasserie,saint-rémy,eau,senette,incendie,feu,follie,henripontLe centre d'Ecaussinnes ne se situait pas jadis, autour de la Grand Place. Tout laisse à supposer qu'il se trouvait plutôt, non loin de l'Eglise Saint Rémy, en bas de la rue à pente raide (la rue du Pont), sur la petite place qui était entourée par l'Hôtel de la couronne, la Halle, la brasserie banale et le moulin banal, dit "moulin brûlé".

    Ce quartier doit avoir connu une activité intense. Sous le régime féodal, on sait que toute la vie du domaine dépendait de la présence d'un moulin, d'un four et d'une brasserie. Au XIIe siècle, les seigneurs obligeaient leurs serfs à utiliser le moulin. Celui-ci constituera également une source de conflits à Ecaussinnes, d'autant qu'il était établi à la limite de deux seigneureries, pour puiser son eau dans la Sennette.

    Un document datant du XIVe siècle indique que le moulin banal existait déjà à cette époque. On y lit que le moulin en question "fut bruslé aux environs de la défaiste des Templiers". Il sera à nouveau la proie des flammes en 1579, lors d'émeutes. C'est le comte de Jehan Pietkin, receveur du seigneur de Renesse (seigneur de la Follie) qui nous l'apprend.

    Selon un texte conservé au château de la Follie et datant du 1er mars 1369, le moulin aurait d'abord appartenu au seigneur d'Henripont. Ce qui est fort probable puisqu'à l'époque, un moulin pouvait desservir plusieurs seigneuries. Pourtant dès 1369, le moulin passait entre les mains du seigneur de la Follie. Le moulin brûlé restera la propriété de la Follie jusqu'à la fin de l'Ancien Régime.

    En ruine en 1652 à la suite de troubles, il sera entièrement reconstruit en 1614.