château-fort

  • Visiter Ecaussinnes en 1938, c'est forcément prendre le train

    Pin it!

    sncb,excursions,belgique,château,château-fort,publicitéFin des années 30, le train est le moyen le plus pratique et le plus économique de voyager. Et par tourisme, on entendait souvent l'exploration du patrimoine historique belge. Aussi, ne faut-il pas s'étonner de voir de nombreuses mentions d'Ecaussinnes-Lalaing et de son château dans les prospectus de la SNCB publiés en 1938. Le service publicitaire de la SNCB avait d'ailleurs édité douze dépliants d'une collection nommée "La Belgique pittoresque".  Le numéro 1 de cet assortissement de guides s'intéressait ainsi aux châteaux historiques et châteaux forts. Le prospectus comportait notamment une carte des demeures d'intérêt à visiter. On pouvait y lire à la suite des ruines du château de Mariemont, qu'"un peu plus au nord, on visite l'ancien château fort d'Ecaussinnes-Lalaing, pittoresquement situé au sommet de rochers escarpés, au bord de la Sennette ; bien restauré, il sert actuellement de musée."

    sncb,excursions,belgique,château,château-fort,publicité

    sncb,excursions,belgique,château,château-fort,publicitéUne autre série intitulée "Nos Loisirs" a été édité par la Société Nationale des Chemins de Fer Belges, la même année et proposait cinq excursions d'une journée de gare à gare. La 2e excursion partait à la découverte de Mariemont pour se diriger vers Morlanwelz, soit 6 km et demi. Ensuite, on plongeait dans la Vallée de la Sennette d'Ecaussinnes-Carrières à Henripont, soit un trajet de 7 km. A l'époque, on prend le train à la gare de Henripont. Douce époque où il était possible de visiter la plupart des villes et villages de Belgique par le train et puis, avec une bonne foulée, on visitait toutes les curiosités du cru... Ah oui et le slogan de la SNCB à cette époque, c'était : "Pour voyager seul, en famille ou en groupe, le chemin de fer est PLUS SÛR, PLUS RAPIDE, MOINS CHER."

    sncb,excursions,belgique,château,château-fort,publicitésncb,excursions,belgique,château,château-fort,publicité

     

  • Chapelle Saint Fiacre : le peuple n'avait pas de blé, le moine ne racontait pas de salade!

    Pin it!

    Chapelle Saint Fiacre [Watermarked].jpgIMG_3440 [Watermarked].jpgFlanquée de deux arbres fiers et protecteurs, la chapelle Saint Fiacre située rue de Seneffe, semble dormir depuis des siècles, sous ses couvertures de toiles d'araignée. Peu de personnes doivent encore jeter un coup d'oeil entre les barreaux du "judas". Les arachnides ont d'ailleurs pris possession des lieux  peu troublés par la curiosité des passants.


    Qui connaît encore aujourd'hui Saint Fiacre ? Mis à part les spécialistes en hagiographie ou les écclésiastiques. Traditionnellement muni d'une bêche, ce moine d'origine irlandaise a fondé - vraisemblablement au VIIe siècle, un monastère près de Meaux en France qui a d'ailleurs fait l'objet d'un pélerinage très populaire. Le saint compte de nombreuses chapelles en France tant qu'en Belgique. Fêté le 30 août, il est le patron des jardiniers mais fut aussi tenu pour celui des cochers de fiacre. Son effigie figurait, au XVIIe siècle, sur l'enseigne d'un hôtel de la rue St-Antoine à Paris, transformé par la suite en maison de louage de carrosses.IMG_3430zoom.jpg


    Fiacre hérite d'un ermitage rongé par la misère et la faim. Le moine sollicite donc son évêque : si seulement il pouvait défricher un bout de terrain et le dompter, il pourrait aussi soulager ces pauvres gens. Une fois son potager cultivé, Fiacre en distribue le fruit aux indigents et se met ensuite à créer un jardin de plantes médicinales mais aussi à planter des fleurs qu'il baptise "sourires de la terre". Il bâtit enfin un hospice où affluent les malades des quatre coins de France.  

    Et en parlant de jardin, celui du château fort est situé juste à l'arrière et accessible aux visiteurs jusqu'au 31 octobre, tous les dimanches à 15 heures.

    http://www.chateaufort-ecaussinnes.be/Jardin.htm

    IMG_3439 [Watermarked].jpg

     

  • Guide du Hainaut 1949 : la vallée de la Sennette et ses rochers étranges

    Pin it!

    Guide du Hainaut couverture.jpgExhumé dans une bouquinerie contre la symbolique somme de 1 €, le Guide du Hainaut édité en 1949, consacre environ deux pages aux Ecaussinnes (Ecaussinnes d'Enghien et Ecaussinnes-Lalaing, Marche-lez-Ecaussinnes n'étant malheureusement pas mentionné).

    A l'époque, Ecaussinnes d'Enghien comptait 7300 âmes et sa "petite soeur" 1130 habitants. Voici ce qu'on écrivait notamment à propos du Château de la Follie : "Avec l'aile centrale du promenoir extérieur du XVIe siècle, devenu une suite d'écuries et de remises, et néanmoins classé dans la deuxième classe des monuments nationaux, le château de la Follie est un remarquable ensemble encadré d'un parc superbe et poétique."

    Lalaing se réserve la plus belle part avec divers lieux touristiques d'intérêt. Comme l'Eglise Sainte-Aldegonde, la Chapelle Saint-Fiacre (devant la Ferme du château-fort, rue de Seneffe), le Château-Fort mais aussi: "Vallée de la Sennette: gorges étroites, panoramas variés, rochers étranges et abrupts (roches réputives), restes de tombes franques. Carrières à ciel ouvert, pour l'extraction du petit-granit, méthodes d'exploitation les plus modernes." La description de la vallée de la Sennette est tellement exotique qu'oin croirait être dans quelque endroit oublié du monde. Avec un peu d'imagination, on y croiserait des dinosaures échappés du "Monde perdu" d'Arthur Conan Doyle...Aucune idée de ce que veut dire "roches réputives". Y aurait-il une erreur de typographie? S'agirait-il de roches "primitives"?

    Bien entendu, le Goûter matrimonial y est brièvement évoqué. On connaît l'histoire.

    A la fin des années 40, un syndicat d'initiative était installé chez M Bottemanne au 6 rue du Pilori.

    Ce fascicule édité par la Fédération du Tourisme du Hainaut, fait suite à la publication habituelle d'un dépliant et d'une affiche. La Fédération ayant dorénavant décidé d'éditer un bulletin mensuel ainsi qu'un guide. Cette brochure a été mise à la disposition des touristes dès le début de la saison 1949.

     Guide du Hainaut château.jpg

  • Circuit à travers le Roman Pays de Brabant en 1964

    Pin it!

    Cette page extraite de "La Belgique en 200 photos" , ouvrage édité par les Éditions du Lombard en 1964, mentionne l'existence d'un musée du folklore devant la maison communale.
     
    belgique en 200 photos ecaussinnes 2 [800x600]

  • L'ombre des Rubens

    Pin it!

    Extrait de l'ouvrage de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Centre, "Le Centre archéologique - folklorique - industriel - commercial - artistique" de 1930.

    lecentre5

  • À la merci des intempéries, le château allait s'effondrer...

    Pin it!

    Les dessins qui illustrent abondamment cet intéressant ouvrage, sont signés de l'artiste louviérois Fernand Liénaux qui fut notamment l'illustrateur attitré du "Mouchon d'Aunia" pendant des années.

     Extrait de l'ouvrage de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Centre, "Le Centre archéologique - folklorique - industriel - commercial - artistique" de 1930.

    lecentre4

  • "Anciennement châtellerie de Braine-le-Comte"

    Pin it!

    Anecdote relevée dans cet ouvrage (que je développerai plus tard) : Ecaussinnes-Lalaing comptait en 1973, 853 habitants et en 1929, 1113. Ecaussinnes-d'Enghien en comptait 2787, en 1937 et 7388, en 1929 ! On recensait 1666 âmes à Marche-lez-Ecaussinnes, en 1837, et 2219 personnes, en 1929.
    Extrait de l'ouvrage de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Centre, "Le Centre archéologique - folklorique - industriel - commercial - artistique" de 1930. 
    lecentre3