Rare

  • Quand le New York Times parlait du goûter matrimonial d'Ecaussinnes

    Pin it!

    New York Times 1907.jpg

    J'ai bien ri en lisant ce compte-rendu du goûter matrimonial 1907 dans le New York Times du 14 juillet 1907. Le texte est peu compréhensible et farci de fantaisie sur les "origines" du Goûter. C'est cependant un brin de sourire venu de l'autre côté de l'Océan Atlantique, il y a un siècle.

    L'école belge des célibataires

    Des résultats remarquables pour avoir des maris lors de la fête des épouses

    BRUXELLES, 3 juillet - La ville d'Ecaussinnes-Lalaing en Belgique déborde de filles à marier. Jusqu'il y a deux ans, Mme Goûter originaire de cet endroit était la mère de dix-sept d'entre elles et jamais aucun soupirant ne les avait convoitées. Au printemps 1906, un avocat bruxellois s'arrêta par hasard à la maison de Mme Goûter et répondit favorablement à la situation désespérée de la dame et de ses dix-sept filles à marier. Il lui dit qu'il préparerait une fête des épouses, un dimanche et qu'il inviterait tous ses amis célibataires de Bruxelles. Ce qu'il fit et cela marcha si bien qu'avant la nuit, quatre des dix-sept filles annoncèrent leur mariage à leurs soeurs.

    Le printemps suivant, la Fête des Epouses est devenue une affaire municipale. Le Maire rencontra à l'Administration communale, les célibataires pleins d'espoir qui avaient présenté leurs références et furent par conséquent présentés aux jeunes filles. La présentation fut suivie d'une promenade, puis, vinrent la danse et le goûter. 

    Cette Fête des Epouses produisit quarante mariages.

    Des préparations sont à présent réalisées à Ecaussinnes-Lalaing pour organiser une autre Fête des Epouses à la fin du mois de septembre. Il est pressenti que le reste des jeunes filles à marier de la ville trouveront le partenaire de leur vie. Comme la plupart des zones rurales de Belgique ont un homme pour cinq femmes, et selon les derniers recensements, il est très probable que l'an prochain, la Fête des Epouses sera organisée dans de nombreux endroits.

    Ces photos sont extraites du site gettyimages et proviennent de la collection ullstein bild.

    belgium-ecaussinnes-unmarried-men-and-women-arriving-for-the-so-picture-id541553781?s=594x594

    belgium-ecaussinnes-a-group-of-unmarried-men-and-women-at-the-so-picture-id541554033?s=594x594

    belgium-ecaussinnes-unmarried-men-arriving-for-the-so-called-by-picture-id541554865?s=594x594

  • Le goûter 1907 en images

    Pin it!

    goûter matrimonial, 1907, photos, Les images datent du Goûter matrimonial de 1907 et elles proviennent du site Gettyimages, estampillées Ullstein Bild, une agence allemande d'archivages de photos. Les première et deuxième ont été publiées par le "Berliner Illustrirte Zeitung".


    On retrouve ci-contre la première image (ou une similaire) dans une série rare de sept cartes stéréoscopiques. En vogue à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, les cartes stéréoscopiques produisaient un effet en relief, lorsqu'on les regardait avec un stéréoscope.

    Source des photos ci-dessous: Ullstein Bild et Gettyimages.

    belgium-ecaussinnes-happy-people-at-the-so-called-matrimonial-by-picture-id541553783?s=594x594

    belgium-ecaussinnes-a-group-of-unmarried-men-and-women-at-the-so-picture-id541553775?s=594x594

    belgium-ecaussinnes-happy-people-at-the-so-called-matrimonial-by-picture-id541553263?s=594x594

     

  • Petite douceur du printemps: "Julos écrit pour vous"

    Pin it!

    Julos Beaucarne, livre, poésie, poèmes, Je m'étais assise au creux des hautes herbes jaunies, dans le fond du jardin. Un rayon de soleil caressant semblait avoir mis le halte-là à l'hiver. Mais ça, c'était avant. Parce qu'il y a désormais un avant et un après. L'histoire s'écrit souvent en lettres de sang mais l'insouciance et la douceur m'avaient envahie, cet après-midi là, lorsque j'ai ouvert le livre de Julos Beaucarne. Sans doute parce qu'il a été écrit en pleine période flower power... Et qu'aujourd'hui encore, à la lecture de cette brassée de pages, des nuages de coccinelles, des arômes de blé, de humus et de tartes fumantes s'évaporent. 

    Je me sentais bien. Les oiseaux papotaient, le ciel était limpide et la terre sentait franchement bon. J'avais trouvé, dans une bouquinerie bruxelloise, "Julos écrit pour vous" et le temps était idéal pour le lire, adossée sur la souche rongée par des champignons fossilisés. En plus, il s'agissait de la première édition, celle de 1975, dans un état plus qu'honorable, conclue à un prix très décent.


    julos beaucarne,poète,henry lejeune,poèmes,poésie,chanson françaiseJ'ai savouré le temps qui passait, le friselis des pages que je tournais, le parfum champêtre, chaleureux, vaporeux mais surtout rond et généreux de la poésie de Julos. Préfacé par un dessin du peintre Henry Lejeune qui avait dessiné un Max Elskamp filandreux, le livre se respire comme un bouquet de fleurs des champs. Chaque mot est un pétale qui s'enfile sur un collier odorant. Julos ignore où il va et nous le suivons, l'air béat et la bouche gourmande de mots. Bourrée d'humour et de petits bonheurs, la poésie de Julos Beaucarne laisse la part belle à un bon sens implacable et souvent à un non-sens tout aussi implacable. Et même s'il habite déjà à Tourinnes la Grosse, il lance quelques oeillades à Ecaussinnes.

    "on espère que la Joconde sera

    exposée dans la maison communale

    d'Ecaussinnes d'Enghien"

    ou

    "en lisant l'almanach du petit

    Ecaussinnois je mangeais du

    pain d'épices sans pudeur

    dans un parc très très très

    triste"  

    A lire ou à relire avec gourmandise.

    La musique de Julos Beaucarne sur un poème de Max Elskamp: O Claire, Suzanne, Adolphine

  • Une lettre d'un commerçant écaussinnois de 1934

    Pin it!

    716_0012.jpg

     

    Dénichée sur le site d'enchères Delcampe, cette lettre datée du 11 décembre 1934, dont la particularité est d'exhiber le logo du commerçant N. Peetersbroeck d'Ecaussinnes, qui était dépositaire des buanderies "Culbutor & Pantser" (cuiseurs en tôle d'acier).

     

    lettre,delcampe,buanderies,commerce

  • Au temps où United Press braquait ses objectifs sur Ecaussinnes

    Pin it!

    united press,1955,new york,célibatairesEncore une perle provenant du coffre aux trésors de mon frère, cette photo estampillée "United Press" pour son bureau de New York. On y voit Mlle Marie-Jeanne Lodens qui présida aux destinées du Goûter matrimonial 1954. Elle sera encore élue présidente du Goûter, l'année d'après.

    Au dos de la photo, on y lit les informations récoltées par l'agence de presse: "Marché aux épouses - Cette troupe de jeunes filles radieuses dans une calèche sont des catherinettes qui prennent part à une journée du mariage dans le petit village belge d'Ecaussinnes. 

    united press,1955,new york,célibataires

    Cette célébration annuelle a été organisée pour la première fois, il y a 50 ans, lorsque les grand-mères de ces catherinettes trouvaient que les hommes étaient emportés vers les villes, abandonnant les filles de la localité à leur triste sort de célibataires. 

    Une fois par an, la commune ouvre ses portes aux célibataires, en invitant des jeunes hommes de l'Europe entière à participer à la fête et à inspecter la moisson de demoiselles."

    L'agence United Press a été fondée en 1907. Elle a été, avec Reuters, l'Agence France-Presse et Associated Press, l'une des plus influentes dans le monde. Dans les années 1980/90, elle va pourtant subir des remous. En 1954, c'est Hugh Baillie qui est à sa tête. C'est sous présidence que l'agence prend une ampleur qui lui permet en 1958, sous les auspices de Frank Bartholomew, de fusionner avec International News Service. Dès lors, UP se mua en "United Press International".

    Le goûter du 7 juin 1954,

    entre bataille de fleurs et cramignons

    united press,1955,new york,célibataires

    Le 7 juin 1954, il est 10 heures et Mademoiselle la Présidente fait une entrée remarquée à l'Hôtel de Ville. Comme le veut la tradition, elle signe le Livre d'Or et procède à la remise des souvenirs. Une exposition y a été organisée et les badauds peuvent ainsi découvrir les reliques amassées depuis la création de l'événement.

    Sur la Place des Comtes van der Burch entre 9 et 10 heures, on propose des visites guidées des carrières du cru. Le château fort et son musée sont bien entendu accessibles et l'église Sainte Aldegonde est ouverte aux amoureux de l'histoire locale. Aux environs de 14 heures, les candidats au mariage se pressent, en quête d'âme soeur. Une heure plus tard, le comité reçoit les personnalités et la presse.

    A 17 heures, une foule d'activités se déploient. Une bataille de fleurs débute, des auditions ont lieu sur le podium, des bals populaires et des cramignons (une danse populaire où les participants ondoient comme un serpentin) sont organisés. On annonce une pluie de baisers, des balades au Paradis terrestre,... Le soir, le château fort, paré de ses atours de lumières, brille de mille feux et les célibataires récalcitrants s'accordent un Galop final.

    united press,1955,new york,célibataires

    Un feuillet est édité et sur celui-ci, une phrase pour le moins bizarre est imprimée, sous la plume de Georges Delizée (rédacteur au Postillon). Il y a, en outre, fort à parier que ce gratte-papier était payé au mot. Incontinence verbale? Lisez donc.

    1954 en une poignée de dates

    Cette année-là, Marcel Tricot qui avait créé l'hebdomadaire "La Sennette" en 1903, décide de mettre un terme à sa publication et s'en explique ainsi dans son édition du 24 avril 1954: "Pour maintenir mon activité durant 55 ans, j'ai eu le privilège de jouir d'une bonne santé... mais il arrive un moment où l'heure de la retraite doit sonner..." 

    En 1954 aussi,  les ouvrages de captage et de refoulement d’Ecaussinnes sont achevés. En 1946,  l’autorisation de réalisation d’un projet de captage dans la région d’Ecaussinnes était en effet sollicitée. La Compagnie Bruxelloise des Eaux avait acquis les anciennes carrières Rivière (1946), Barette (1947) et Goffart (1968).

    Le Comte Pierre de Lichtervelde s'éteint le 13 avril. Le Comte Adrien van der Burch décède, lui aussi, au château fort.  Six années plus tôt, il avait créé la Fondation van der Burch afin de perpétuer le souvenir de sa famille et de sauvegarder le château fort et son musée. En 1954, la Fondation van der Burch est reconnue Fondation d'Utilité Publique.

    Pendant ce temps, un certain Elvis Presley enregistre son premier disque. Marilyn Monroe dit "oui" au joueur de base-ball Joe Di Maggio. L'Abbé Pierre lance une campagne en faveur des sans-logis. Le premier vaccin contre la poliomyélite est inventé en Allemagne. Le futur président François Hollande voit le jour. Et Hergé publie "Objectif Lune". Entre autres. 

  • Une carte du Chevalier de Beaurain avec mention d'Ecaussinnes au XVIIe siècle

    Pin it!

    Corrigée et augmentée par le Chevalier de Beaurain (géographe ordinaire du Roy), la carte des camps de Soignies et Estinnes dressée les 7 et 14 juillet 1691. On y épingle Ecaussinnes (Escaussinnes) ainsi que Marche-lez-Ecaussinnes (Marcq). Quelques lieux-dits sont repérables : la Folie (un seul "l"), Belles Testes (Cabaret), etc.

     géographie,cartographie,typographie,carte des camps de soignies et estinnes,1691

     

  • Entre les pages du cahier de géographie...

    Pin it!

    cahier,géographie,primaire,école,documentation,scolaire,hainautIl était un temps où la netteté des cahiers était cruciale. Il fallait écrire avec beaucoup de soin, suivre scrupuleusement les lignes du cahier, éviter les pâtés et alimenter notre cahier avec des éléments de documentation (photos, articles de journaux, illustrations découpées dans des magazines, etc.). Je faisais feu de tout bois en 5e année primaire et les cartes postales et les cartons de bière constituaient d'excellentes illustrations de documentation. J'avais vraisemblablement découpé la photo du château fort d'Ecaussinnes dans un journal.

    Quant au cours, il me semble d'une simplicité limpide. Surtout lorsqu'on arrive au paragraphe concernant la religion. Hé oui, à l'époque, on ne discute pas, elle est essentiellement catholique. Et le Hainaut est industrieux. Est-il si lointain que cela, ce passé? L'industrie lourde est concentrée dans les régions de La Louvière et de Charleroi. Le calcaire est exploité dans le Tournaisis et le petit granit l'est à Soignies et à Ecaussinnes. La houille est extraite à Mons et dans le Borinage, à La Louvière et dans le Centre, ainsi que dans la région de Charleroi.cahier,géographie,primaire,école,documentation,scolaire,hainaut

    Le stencil de l'institutrice s'attarde sur la région : Braine-le-Comte est connue pour ses ateliers métallurgiques et sa verrerie ; Soignies est aussi réputée pour sa verrerie. A Binche, on fait dans la confection et à Enghien, dans le textile.

    Parfum d'antan

    Ah oui! Stencil... Ce mot peut paraître étrange pour les moins de 30 ans. En fait, le stencil était utilisé dans les classes, bien avant l'apparition du photocopieur. C'était en quelque sorte l'ancêtre de la  photocopie. C'était le même principe que le papier carbone, sauf qu'il fallait introduire la feuille originale manuscrite dans une machine munie d'un rouleau et d'une manivelle. Il suffisait de tourner la manivelle pour polycopier l'original. Le papier chaud et  imbibé d'une forte odeur d'alcool sortait du rouleau et chaque copie était distribuée aux élèves. Je parie que je n'étais pas la seule à renifler cette feuille à l'odeur bien particulière.

    Le Hainaut est somme toute un pays d'heureuse rencontre, comme le constate cette brochure vraisemblablement issue par la Province de Hainaut, fin des années 60. Entre villes d'art, abbayes, châteaux, centres industriels et plan incliné de Ronquières...

    "La Belgique est notre patrie", avait écrit l'enseignante. "La nation belge groupe les Wallons et les Flamands"... "La plupart des Belges sont catholiques"...Hou, c'est très loin, tout ça!

     cahier,géographie,primaire,école,documentation,scolaire,hainaut