lundi, 04 avril 2016

Petite douceur du printemps: "Julos écrit pour vous"

Julos Beaucarne, livre, poésie, poèmes, Je m'étais assise au creux des hautes herbes jaunies, dans le fond du jardin. Un rayon de soleil caressant semblait avoir mis le halte-là à l'hiver. Mais ça, c'était avant. Parce qu'il y a désormais un avant et un après. L'histoire s'écrit souvent en lettres de sang mais l'insouciance et la douceur m'avaient envahie, cet après-midi là, lorsque j'ai ouvert le livre de Julos Beaucarne. Sans doute parce qu'il a été écrit en pleine période flower power... Et qu'aujourd'hui encore, à la lecture de cette brassée de pages, des nuages de coccinelles, des arômes de blé, de humus et de tartes fumantes s'évaporent. 

Je me sentais bien. Les oiseaux papotaient, le ciel était limpide et la terre sentait franchement bon. J'avais trouvé, dans une bouquinerie bruxelloise, "Julos écrit pour vous" et le temps était idéal pour le lire, adossée sur la souche rongée par des champignons fossilisés. En plus, il s'agissait de la première édition, celle de 1975, dans un état plus qu'honorable, conclue à un prix très décent.


julos beaucarne,poète,henry lejeune,poèmes,poésie,chanson françaiseJ'ai savouré le temps qui passait, le friselis des pages que je tournais, le parfum champêtre, chaleureux, vaporeux mais surtout rond et généreux de la poésie de Julos. Préfacé par un dessin du peintre Henry Lejeune qui avait dessiné un Max Elskamp filandreux, le livre se respire comme un bouquet de fleurs des champs. Chaque mot est un pétale qui s'enfile sur un collier odorant. Julos ignore où il va et nous le suivons, l'air béat et la bouche gourmande de mots. Bourrée d'humour et de petits bonheurs, la poésie de Julos Beaucarne laisse la part belle à un bon sens implacable et souvent à un non-sens tout aussi implacable. Et même s'il habite déjà à Tourinnes la Grosse, il lance quelques oeillades à Ecaussinnes.

"on espère que la Joconde sera

exposée dans la maison communale

d'Ecaussinnes d'Enghien"

ou

"en lisant l'almanach du petit

Ecaussinnois je mangeais du

pain d'épices sans pudeur

dans un parc très très très

triste"  

A lire ou à relire avec gourmandise.

La musique de Julos Beaucarne sur un poème de Max Elskamp: O Claire, Suzanne, Adolphine

vendredi, 01 avril 2016

Au seuil du printemps à Ecaussinnes


2016-03-16-23-32-19 (Copier).jpg2016-03-14-23-59-15 (Copier).jpg
2016-03-15-00-21-48 (Copier).jpg

17:43 Écrit par Nadine Lebrun dans Balades parfumées, Châteaux, Photos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | Pin it! | | |

jeudi, 10 mars 2016

L'agenda 1964 des Carrières de Scoufflény

scoufflény,granit,carrières,pierreTandis que la présentatrice de "Télé Dimanche" est licenciée pour avoir osé montrer ses genoux sur l'ORTF et que le Conseil de Sécurité de l'ONU envoie des casques bleus à Chypre afin de cesser les conflits entre Grecs et Turcs, Ecaussinnes s'apprête à vivre son Goûter matrimonial à la Pentecôte, avec sa présidente, Gilberte Dubrulle. Nous sommes en 1964 et les Carrières de Scoufflény, comme chaque année, font publier l'agenda de l'année, à l'intention de leurs employés. 

A la direction générale, Marius Charon est aux commandes, aux côtés de Freddy Dereume au service technique et de Maurice Van Elsen au service commercial. Le numéro de téléphne ne comporte que cinq chiffres: 420.12 et 420.14. Les premières pages de l'agenda détaillent la situation des établissements. Le siège de Scoufflény, y est-il précisé, "se trouve à 1.500 mètres environ de la Grand-Place d'Ecaussinnes. Pour y parvenir, prendre la route qui part du Château-Fort d'Ecaussinnes-Lalaing et qui longe le chemin de fer de notre raccordement à la gare d'Ecaussinnes-Carrières."

scoufflény,granit,carrières,pierrescoufflény,granit,carrières,pierre

On y produit des blocs émincés pour marbrerie, des pierres sciées, des tranches et des seuils, des pierres façonnées pour bâtiments, monuments ou travaux d'art, des pierres polies et des carrelages, des bordures de trottoir, de route et type enterré, des moëllons appareillés pour soubassements ou perrés (revêtements en pierres visant à renforcer un remblai, par exemple), des pierrailles pour fonderies et empierrements, de la chaux grasse et encore du concassé.

Les tarifs pour les diverses productions des Carrières y sont indiqués, et notamment des seuils sciés (voir illustration). 

scoufflény,granit,carrières,pierreOn y précise que plus de 10.000 ouvriers travaillent dans l'industrie de la pierre bleue en Belgique. "La pierre exploitée par les Carrières de Scoufflény est sans contredit, de tous les matériaux, celui qui convient le mieux à notre climat. N'absorbant pas l'eau, elle n'est pas gélive et résiste à toutes les intempéries; sa teinte claire, uniforme, sa texture cristalline sont d'une grande beauté." Et de surcroît, elle ne nécessite aucun entretien.

 

 

 

21:58 Écrit par Nadine Lebrun dans Pierre bleue | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : scoufflény, granit, carrières, pierre |  Facebook | | Pin it! | | |

dimanche, 10 janvier 2016

Une lettre d'un commerçant écaussinnois de 1934

716_0012.jpg

 

Dénichée sur le site d'enchères Delcampe, cette lettre datée du 11 décembre 1934, dont la particularité est d'exhiber le logo du commerçant N. Peetersbroeck d'Ecaussinnes, qui était dépositaire des buanderies "Culbutor & Pantser" (cuiseurs en tôle d'acier).

 

lettre,delcampe,buanderies,commerce

22:42 Écrit par Nadine Lebrun dans Commerce, Rare | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lettre, delcampe, buanderies, commerce |  Facebook | | Pin it! | | |

mardi, 08 décembre 2015

Voir Ecaussinnes en passant par Gand

Château Pête, Ecaussinnes-Lalaing, Pilori,

Le site de la librairie universitaire de Gand comporte quelques cartes postales et documents sur Ecaussinnes, dont cette carte postale où figure le Château de M. Pête. Le cliché a été pris de la Place du Pilori et on voit la Place des Martyrs sans son monument. Comme il s'agit d'une sculpture de Hector Brognon, en souvenir des morts de la première guerre mondiale, on peut supposer que cette photo date du début du XXe ou de la fin du XIXe siècle. Voir Ecaussinnes en passant par Gand, c'est possible et c'est par ici : http://lib.ugent.be/en/catalog?page=2&q=Ecaussinnes