mercredi, 12 juillet 2017

La Nature n'est pas une poubelle !

C'est l'un des poumons de la région écaussinoise. Le Bois de la Houssière s'étire essentiellement sur la commune de Braine-le-Comte mais aussi sur Henripont. Les promeneurs et contemplateurs de la Nature se plaisent à venir s'y enfoncer et pourquoi pas s'y perdre. Les abords du Bois sont parés de champs, de prairies, de petites routes... Le charme campagnard et bucolique s'évapore quand on pose le regard sur les accotements, dans lesquels les voyous et répugnants vandales du macadam abandonnent les reliefs de leur consommation. 

mardi, 17 mai 2016

Le goûter n'était pas à la noce

zPot1 (Copier).jpgAlors, comment dire... Mieux vaut parfois éviter d'épiloguer et tourner les regards vers ce qui est beau ou marrant. Comme ces cabines de toilettes mobiles placées à proximité de la banderole où il est écrit: "A tout saint, sa chandelle. A tout pot, son couvercle." Gai, gai, marrons-nous, non?

zPanorama Place des Comtes (Copier).jpg

Sur la Place des Comtes, où se déroule l'essentiel des animations (hors foire sur la Grand Place), deux châteaux gonflables gigotaient comme de la gelée aux fruits, juste au pied du château fort, imperturbable, lui.

zChâteau lilas (Copier).jpg

Sous le pont des douces arcades, flottait sans conviction le calicot qui dit "A coeur vaillant, rien d'impossible". Le feuillage d'un vert entêtant, s'enroulait sous les voûtes et autour des arches. Dans la cour d'entrée du château, un lilas violet embaumait. Et le ciel boudeur laissait tout de même filtrer quelques rayons bienfaisants. "Célibataires, ne soyez pas rebelles à l'amour qui vous appelle", prétendait une banderole. Le coeur n'y était pas pour ce cru. Et pourtant, une poignée de bénévoles s'attachent à préserver la tradition et à perpétuer un folklore séculaire. Autre temps, autres moeurs? 

 

zPanorama château fort (Copier).jpg

zFeuillage château (Copier).jpg

vendredi, 29 août 2014

La poubelle est pleine !

poubelle,immondices,poubelles à puce,conteneurs,déchets,ordures,vertLe sujet n'a rien de bucolique ni d'anecdotique mais il a la particularité de faire jaser et même de faire bondir les Ecaussinnois de leurs gonds. La première réunion d'information sur les poubelles à puce a eu lieu, ce jeudi après-midi, à l'Ecole du Sud. Et le moins qu'on puisse affirmer, c'est que cette perspective de plus en plus proche (à partir du 6 octobre) rend les citoyens verts de rage.

Le bourgmestre Xavier Dupont (épaule par l'échevin des finances, Fabien Palmans) et la directrice de l'intercommunale Hygea, Nathalie Brunelle se voulaient pourtant rassurants. Les Ecaussinnois présents ont-ils été convaincus? S'ils ont vidé leur sac, l'initiative n'en demeure pas moins pilote pour la région du Centre et laisse encore beaucoup de zones d'ombre dans l'esprit des Ecaussinnois.

Nos ordures valent leur pesant d'or. C'est par une volonté de réduire la masse des déchets de plus en plus envahissants que s'explique cette décision. Une disposition par ailleurs motivée  par une directive européenne qui incite le citoyen à trier de plus en plus en consciencieusement ses déchets. On constate, de fait, que les sacs blancs contiennent 50 % de déchets organiques, dit Nathalie Brunelle. "Il est donc temps de passer à l'équation pollueur = payeur."

En effet. Si la question n'a évidemment pas été abordée, on est en droit de s'interroger sur la validité de ce principe chez la plupart des producteurs. Le consommateur lambda a t-il réellement le choix ? La majorité des produits sont emballés de plastique et rien n'est plus compliqué dans une grande surface que de dénicher des articles engendrant un minimum de déchets résiduels.

Sac à puces

"Pourquoi la poubelle à puces? Parce que c'est plus solide qu'un sac", débite Nathalie Brunelle.  "Nous recevons régulièrement des plaintes pour des sacs éventrés par des chats, des chiens, des renards. Dans ce cas, à qui appartient la responsabilité de ramasser les déchets? C'est un problème." La responsable de l'intercommunale évoque aussi l'intention d'alléger les efforts des travailleurs qui transportent 9 tonnes de sacs par an et par homme.

Dès lors, les Ecaussinnois hériteront d'un conteneur vert pour les déchets organiques et d'un autre de couleur grise pour les déchets résiduels (non recyclables). Les contenances diffèrent selon la taille du foyer et il y aura possibilité de changer de conteneurs au besoin, sur simple demande à l'Hygea. Les ramassages auront lieu en alternance (le vert une semaine et le gris l'autre semaine). Les ménages ne disposant pas de place suffisante pour accueillir les poubelles, auront la possibilité de se délester dans un des huit points d'apport volontaire (PAV), à savoir des conteneurs disposés aux quatre coins de la commune, munis d'une trappe dans laquelle on pourra déverser ses ordures.

C'est la vie en couleurs

Si les Ecaussinnois font aujourd'hui grise mine, l'Hygea ne manque pas de piqueter l'initiative de couleurs.

- Vous organisez une fête dans le quartier ? Optez pour le sac fuschia de 60 litres disponible pour 2,4 € à l'administration communale!

- Vous ne garnissez pas votre conteneur vert de "déchets de qualité" ? Vous écopez d'un carton jaune et si vous récidivez, c'est le carton rouge.

- Votre conteneur est défectueux ? Et voici votre poubelle flanquée d'un carton bleu pour réparation ou remplacement nécessaire.

Puisque chaque poubelle sera dotée d'une puce électronique, chacun règlera sa facture en fonction de sa production. De plus, il sera possible de consulter sa quantité d'ordures sur Internet par l'introduction de son login et mot de passe (on saura finalement tout sur tout le monde sur le web!). Un numéro vert continuera cependant à être disponible pour ceux qui n'ont pas d'accès Internet.

Et combien cela coûtera-t-il? La taxe forfaitaire sera évidemment toujours due et pour le reste, le coût variera en fonction du poids et du nombre de levées. C'est gratuit 12 fois par an et à raison de 60 kilos annuels par habitant, en ce qui concerne les déchets polluants et 30 kilos annuels par habitant pour les organiques.

En matière de tri et de réduction des immondices, la Belgique est considérée comme un bon élève, selon Nathalie Brunelle. Et nous serions même en avance... et pourtant, des efforts sont constamment demandés au simple citoyen. Mais quels seront les efforts exigés des producteurs ? Là n'était bien entendu pas la question du jour.

En 2030, l'affaire est dans le sac

D'ici 2030, les régions du Centre et de Mons-Borinage devraient être passés au système des poubelles à puce. Si je compte bien, cela fait seize années de mise en place d'un système qu'on nous présente comme novateur et simple! Y a-t-il réellement une volonté d'agir pour le bénéfice de l'environnement et  de la réduction de notre impact sur celui-ci ? Quelle est l'implication des grosses entreprises polluantes ? Pourquoi existe-t-il un système de ramassage parallèle pour les sociétés, où les déchets quels qu'ils soient sont souvent évacués sans tri préalable ? Le citoyen est-il le seul à déployer des efforts pour notre planète agonisante... C'est en tous cas l'impression amère qui s'en dégage.

De nombreuses questions ont été soulevées par les Ecaussinnois qui ont abondamment exprimé leurs craintes. Non, les écoparcs ne disparaîtront pas et les rues étroites feront l'objet d'analyse au cas par cas pour le passage des camions. La protection des poubelles a aussi été abordée. Pour empêcher l'accès à la poubelle, une serrure serait disponible mais engendrerait un coût supplémentaire significatif. Une dame évoque le problème du vandalisme. "Si quelqu'un met une cannette dans votre poubelle, laissez-le faire", indique la directrice d'Hygea. "Vous n'allez pas tout de même porter plainte pour une cannette. Il vaut mieux que la personne la jette là plutôt que sur la rue.'

D'aucuns invoquent la vieillesse et la faiblesse de certains citoyens incapables de pousser ces poubelles mais la responsable Hygea balaye le problème d'un revers de la main. "Les sacs pouvaient peser entre 20 et 30 kilos et personne n'éprouvait de soucis à les soulever. Les conteneurs comportent des roulettes et il est plus facile de faire rouler la poubelle que de transporter un sac... pour autant que l'on ne doive pas dévaler des volées d'escaliers." Et la collecte des langes : vert ou gris ? "Il faut s'adresser au CPAS", rétorque Mme Brunelle. Et les maisons de repos ? Pas de soucis, elles ne dépendent pas d'Hygea et ne sont donc pas concernées. Les pesées sont-elles dignes de confiance ? No problem. La pesée - précise à 100 grammes près - est agréée par le SPF Mobilité et les camions doivent être examinés tous les six mois pour renouveler leur homologation. Et quid des poubelles en façade pour éviter les va-et-vient dans les habitations au prix de conditions parfois difficiles ? Pour l'instant, il n'est pas prévu de les placer sur le trottoir mais time will tell et la pratique se généralisera sans doute avec le temps. Et le gel qui figera les déchets au fond des poubelles... Et les asticots qui grouilleront joyeusement en période chaude... Et les dépôts sauvages qui risquent de se multiplier... Les amendes seront-elles assez dissuasives ? Epinglera-t-on les inciviques ?

Oui, oui. On verra. Après tout, Ecaussinnes est une commune pilote et il faudra veiller à adapter ou modifier selon les situations qui se présentront. Sceptiques, désabusés, courroucés, les Ecausinnois ont peu à peu déserté les lieux. Les mêmes phrases étaient martelées par les responsables, laissant un arrière-goût de cendre à l'assistance éparpillée. Un mantra visant sans doute à nous faire avaler la pilule en douceur... Vraiment ?

(Photo Nathanaël Thiry)

——————————————————————————————————————————————————

ATTEINTE AU DROIT D'AUTEUR

Ce lien a été usurpé contre la volonté de son auteur. Cet article n'a rien à voir ni ne reflète les opinions exprimées par l'auteur de la pétition suivante : https://www.lapetition.be/en-ligne/Projet-pilote-des-Cont...  

jeudi, 15 mai 2014

Message aux distraits ou aux imposteurs

Depuis Internet, plus personne n'est à l'abri d'un détournement de droit d'auteur. La plupart des auteurs protègent évidemment leur propriété intellectuelle par le recours à une société de gestion des droits d'auteur et en cas de droits bafoués, à des avocats. Certains privilégiés ont même l'opportunité d'en faire un vrai métier et d'en retirer parfois d'appréciables profits. Beaucoup de créateurs de blogs n'ont pas cette chance et n'ont pour stimulants que leur passion et leur volonté de partager gratuitement. 

Certaines photos m'appartenant et provenant de mes archives familiales, se retrouvent parfois publiées sur Internet ou sur papier. S'il y avait seulement mention de la source ou un lien vers ce blog, je ne m'en offusquerais pas mais publier une photo prise par mes soins ou par un membre de ma famille, sans en citer la source, est de l'usurpation pure et simple. Reste à me prouver qu'il s'agit d'un oubli... mais j'ai peine à le croire.

Puisque ces faits se produisent de plus en plus souvent, j'ai décidé de barrer les photos m'appartenant d'un bandeau de copyright. La qualité des photos se verra sensiblement diminuée. Toutes les illustrations se verront dès lors progessivement estampillées de la mention du site. C'est nettement moins beau ainsi mais cela contraindra les éventuels distraits à ne plus oublier la mention de l'origine des illustrations. C'est une tâche fastidieuse dont je me serais bien passée.

Merci à tous ceux qui me suivent, m'encouragent et respectent mes droits en faisant référence à ce site unique en son genre sur Ecaussinnes.

17:40 Écrit par Nadine Lebrun dans Gggrrr | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : droit d'auteur, copyright |  Facebook | | Pin it! | | |

vendredi, 18 octobre 2013

Trou Barette : pour le panorama, c'est à l'eau, quoi!

ecaussinnes,trou barette,eau,carrière,réserve naturelleC'est bien connu : on a un humour très particulier à Ecaussinnes. Très. S'il existait des visites guidées du village, il est certain que le fameux Trou Barette figurerait dans le lot de paysages bucoliques à voir. Sauf que...

Assise sur un banc face à la route bruyante, je me demande pourquoi le banc est ainsi orienté. La vue imprenable sur le Trou Barette est derrière moi. La vue, hein? Je me dévisse la tête et j'ai l'impression de regarder une émission digne de l'épique époque du cryptage à la Canal +. Un grillage à maillage très étroit a été récemment placé. S'il convient en effet de protéger cette réserve d'eau potable appartenant à Vivaqua, fallait-il pour autant gâcher la vue du passant? J'observe en souriant un bourdon qui a bien des difficultés à se faufiler entre les mailles de la clôture. Voici un panorama qui donne la migraine...

Sans doute y a-t-il des droits d'auteur sur la prise d'images de ces horizons écaussinnois? Quoi qu'il en soit, j'ai quand même poussé l'objectif de mon appareil photo entre les mailles du filet et imaginé ce que pourrait (ou pas) être la vue de ce site...

ecaussinnes,trou barette,eau,carrière,réserve naturelle

 

trou barette,eau,carrière,réserve naturelleecaussinnes,trou barette,eau,carrière,réserve naturelleSur le même sujet dans le blog :

http://tunneldesamoureux.skynetblogs.be/archive/2005/12/2...

http://tunneldesamoureux.skynetblogs.be/archive/2005/12/2...

http://tunneldesamoureux.skynetblogs.be/archive/2006/01/0...

16:07 Écrit par Nadine Lebrun dans Gggrrr, Insolite, Photos | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ecaussinnes, trou barette, eau, carrière, réserve naturelle |  Facebook | | Pin it! | | |