Démographie

  • Recensement de la population en 1846: coup de phare sur Ecaussinnes

    Pin it!

    Recensement général 1846.jpgLa Belgique est toute neuve, un enfant encore puisqu'elle entre dans l'âge de l'adolescence humaine lorsqu'on publie le recensement général de la population, arrêté au 15 octobre 1846 et publié par le Ministère de l'Intérieur en 1849. La population est déclinée selon sa commune, sous le rapport de l'habitation, de l'instruction et l'indigence, du séjour, de l'état civil,... 

    Selon les statistiques établies par l'organisme, on découvre d'intéressantes statistiques au sujet d'Ecaussinnes. A l'époque, les gazouillis d'oiseaux et le meuglement des vaches rythmaient les déplacements. Et la lenteur était une vertu. 

    Si l'on observe les statistiques, on remarque une population très modeste. Ecaussinnes-d'Enghien, il y a 1781 hommes et 1750 femmes, soit 3531 en tout. Le nombre de maisons habitées s'élève à 730. A Ecaussinnes-Lalaing,il y a 434 hommes et 489 femmes. Le total est de 923. Il y a 491 maisons habitées. Et à Marche-lez-Ecaussinnes, on recense 936 hommes et 941 femmes, ce qui fait 1877 habitants. Pour 396 habitations.

    On y note également une poignée de détails intéressants. Marche est sillonnée par plusieurs cours d'eau dont le Brabant qui à l'époque, sert deux moulins à farine (il y en a trois dont un activé par le vent) ainsi qu'à irriguer des prés. On n'y compte pas moins de quatorze fermes, mais aussi trois moulins à chicorée, une brasserie, des tonneliers, des cordiers, des affineurs de lin et un marchand de vin... entre autres.

    A Lalaing, on dénombre onze fermes et on y cultive le pommier, le poirier, le cerisier et le noyer. Il existe deux carrières riches en pierres bleues et grises d'une qualité supérieure. Là aussi, on y trouve notamment deux brasseries, une tannerie et une blanchisserie de toiles. Et pourtant, aucune route importante ne traverse le territoire.

    A Ecaussinnes d'Enghien, l'exploitation des carrières emploie une masse importante d'ouvriers. "Lorsque les circonstances sont favorables à ce genre d'industrie, les carrières des Ecaussinnes offrent une source de prospérité pour cette commune, à cause de la grande activité des travaux d'exploittaion et de transport qui font régner une certaine aisance parmi la classe ouvrière; mais celle-ci est réduite à un état déplorable, lorsque ce commerce languit ou éprouve des interruptions", peut-on y lire. S'il n'existe alors aucune grande route, une chaussée joint le hameau de Belle-Tête à la route de Braine-le-Comte. Le hameau de Belle-Tête est composé d'une quarantaine d'habitations, ce qui lui donne l'aspect d'un village. 

  • Ecaussinnes : faits et chiffres 1874

    Pin it!

    Carte Province de Hainaut (Copier).jpgExhumé au creux d'une montagne de livres sur la Place du Jeu de Balle à Bruxelles, ce dictionnaire encyclopédique de géographie historique du royaume de Belgique, daté de 1874 passe en revue chaque commune de Belgique. Et voici ce qu'on y trouve entre autres sur les Ecaussinnes.

    ECAUSSINNES D'ENGHIEN : Pop. 4,665 habitants. On y dit les promenades charmantes et les maisons de campagnes aux environs, riches. Le sol est déprimé, d'un aspect montueux sillonné de coteaux et de ravins. Le terrain est généralement froid et humide, dont certaines parties incultes consistent en rochers ou amas de rocailles. Il y a quelques belles plaines principalement aux alentours de la commune, et de nombreuses carrières de pierres bleues et grises à bâtir, de pierres à chaux et de pavés. Au rayon des industries et commerces, on relève une fabrique de chicorée, une usine de carton et de papier ainsi que des exploitations de carrières et une scierie importante. Foires et marchés étaient prévus le lundi après le 13 mai (cette foire n'a pas lieu, lorsque ce jour est celui de la foire de Soignies), et le lundi avant le 25 août ou le lendemain, si ce jour est férié. Reste à mentionner un vaste château de construction antique, flanqué de quatre tourelles et embelli de jardins d'agrément, situé auprès de la rivière et sur la lisière d'un bois. Très flou, tout ça (de construction antique : on ne peut être plus explicite), le nom du château de la Follie n'y est même pas précisé!

    ECAUSSINNES-LALAING : Pop. 1,030 habitants. En amphithéâtre sur un côteau dont le pied est baigné par la Sennette. Son sol est assez inégal et ses terres arables sont en partie argileuses. Nombreuses carrières de pierres bleues et grises à bâtir, et pavés, grès bleu pour aiguiser. On y trouve des fabriques d'instruments aratoires (pour le travail de la terre), des tanneries, des corroieries (finition du cuir) et des exploitations de carrières. Un beau château bâti en pierre de taille se dresse sur un rocher escarpé et est surmonté de cinq belles tourettes rondes. Cette belle propriété a appartenu successivement au seigneur de Renesse, comte de Warfusée, aux comtes de Lalaing et auxducs de Croy.

    MARCHE-LEZ-ECAUSSINNES : Pop. 2,053 habitants. A l'époque, Marche vit essentiellement d'agriculture. Ses dépendances : Belloy, Courrière-lez-Ville, Delval, Douair, Ghelrie, Lousserie, Moussenière, Patard, Pont-à-Loup, Porte à-Camp.

    A noter que les carrières sur le territoire belge étaient, en 1867, au nombre de 1769, avec 1529 sièges d'exploitation à ciel ouvert et 117 souterrains. L'activité occupait alors 21,640 ouvriers.

  • La démographie en 1837, 1860, 1870 et 1929

    Pin it!

    L'évolution de la démographie dans la région du Centre est fascinante. Plus l'industrie s'y développe, plus la démographie évolue.
     
    centre hab1
     
    centre hab2

  • "Anciennement châtellerie de Braine-le-Comte"

    Pin it!

    Anecdote relevée dans cet ouvrage (que je développerai plus tard) : Ecaussinnes-Lalaing comptait en 1973, 853 habitants et en 1929, 1113. Ecaussinnes-d'Enghien en comptait 2787, en 1937 et 7388, en 1929 ! On recensait 1666 âmes à Marche-lez-Ecaussinnes, en 1837, et 2219 personnes, en 1929.
    Extrait de l'ouvrage de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Centre, "Le Centre archéologique - folklorique - industriel - commercial - artistique" de 1930. 
    lecentre3

  • En feuilletant l'annuaire de la Belgique mondaine de 1936

    Pin it!

    Sous la rubrique "Villes et communes belges", Ecaussinnes d'Enghien comptait alors 7,227 habitants. Son bourgmestre était Eloi-Désiré Marbaix et les échevins se nommaient Hippolyte Mercier et Victor Dumeunier. Ses curiosités : Château de la Follie (visite tous les jours : entrée 2 fr.). Eglise St-Remy (tombeau de Bernard d'Orley et d'Isabeau de Witthem). Tunnel des amoureux. Promenade. Pont des soupirs. Pont des douces arcades. Bois de la Houssière (promenades). Carrières de petit granit.
    A Ecaussinnes-Lalaing, on recensait 1,175 âmes. Bourgmestre : Georges-Louis Soupart; échevins : Marcel Delalieux et Ferdinand Dupont. Curiosités : Château-fort du XIVe siècle, propriété de M. le Comte Adrien Van der Burgh. Goûter matrimonial le lundi de Pentecôte. Carrières.
    Marche-lez-Ecaussinnes avait 2,170 habitants, son bourgmestre se nommait Emile Breynart et ses échevins, Victor Laurent et Fernand Prodéo.

  • Une pub d'autrefois

    Pin it!

    Sans titre-Numérisation-01Exhumé, un petit livret diffusé autrefois (malheureusement, il n'y a aucune indication de date sur le fascicule en question), par la Maison Arsène Petit & Fils... qui existe toujours d'ailleurs. S'il faut en juger par le numéro de téléphone à cinq chiffres, le document doit dater des années 60.