mercredi, 21 juin 2017

Une rue porte son nom : le Docteur René Bureau

Les Ecaussinnois la connaissent pour son école, sa maison de retraite et son cimetière. La rue Docteur René Bureau est une artère qui réunit, en définitive, tous les âges de la vie... et au-delà. Au hasard des rayons d'une bouquinerie, j'ai repéré l'Almanach 1935 du journal "Le Soir" qui consacrait un petit article au Docteur René Bureau, dans sa rubrique "nécrologie"

docteur rené bureau,socialiste,hainaut,politique,le soir,almanach,rue docteur bureau,1935Né en 1871 à Saint-Léger, René Bureau décroche un diplôme de docteur en médecine à l'Université de Bruxelles. C'est à ce momement qu'il décide de s'installer à Ecaussinnes où il sera conseiller communal socialiste. Jusqu'en 1929, il sera également conseiller provincial du Hainaut ainsi que député permanent. Il devient ensuite directeur de l'Institut d'Hygiène et de Bactériologie de Mons. On le retrouve alors à la direction générale des oeuvres sociales de la province. Il est aussi directeur médical de l'Institut médical de l'Institut chirurgical des mutualités sociales de La Hestre. Il est décédé à Ecaussinnes, le 24 février 1934.

docteur rené bureau,socialiste,hainaut,politique,le soir,almanach,rue docteur bureau,1935

Commentaires

On dit qu'il a soigné des personnes qui n'avait pas d'argent gratuitement.

Écrit par : Pascal | mercredi, 21 juin 2017

Oui, j'avais lu ça quelque part aussi mais je ne sais plus où. Vraisemblablement dans "Le Val Vert". En tous cas, quand on tape son nom sur Google, on ne trouve plus trace de lui. Sinon pour la rue bien sûr.

Écrit par : Nadine | jeudi, 22 juin 2017

je ne sais dans quelle bouquinerie tu as trouvé cela mais c'est très intéressant; existe-t-il des bouquinistes qui offrent à la vente d'autres ouvrages que des livres ? as-tu déjà consulté des archives officielles genre actes d'état civil ou chez des notaires ? voir l'intérêt éventuel bien sûr, le mien étant plus généalogique que journalistique mais il y a tellement de sources d'information...

Écrit par : Anik Boudart | mardi, 27 juin 2017

Les commentaires sont fermés.