vendredi, 30 septembre 2016

Les perles de la Sennette: "il erra des commères"!

La Sennette Si vous voulez être bien habillé (Copier).jpgDans "La Sennette" du 30 mai 1914, on épingle encore quelques jolies réclames d'Ecaussinnes et des environs. Dont celle de la Maison Victor Baudet-Wiveckens qui a dû susciter une épidémie de torticolis. Marchand-tailleur installé sur la Grand Place, il fournit tous les vêtements sur mesure. J'imagine que la mention "deuil en 12 heures" se réfère au fait que les vêtements de deuil peuvent être disponibles en 12 heures. Ce qui est un exploit, non?

La Sennette des commères.jpgCette annonce vaut son pesant d'or, rédigée dans un savoureux wallon: "Il erra des commères pour les danseurs"!

A Belle-Tète, on organise un bal émaillé de primes "offertes par la bourgeoisie, décernées aux danseuses les plus coquettement fleuries".publicités, réclames, Sennette,

Et puis, il y a encore du choix dans les chapeaux, des pommes de terre pour plantations, une spécialité d'huiles pour automobiles et des chaises pliantes en location.

publicités, réclames, Sennette, perles, rire

18:09 Écrit par Nadine Lebrun dans Humour, Journaux d'époque | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : publicités, réclames, sennette, perles, rire |  Facebook | | Pin it! | | |

jeudi, 22 septembre 2016

Recensement de la population en 1846: coup de phare sur Ecaussinnes

Recensement général 1846.jpgLa Belgique est toute neuve, un enfant encore puisqu'elle entre dans l'âge de l'adolescence humaine lorsqu'on publie le recensement général de la population, arrêté au 15 octobre 1846 et publié par le Ministère de l'Intérieur en 1849. La population est déclinée selon sa commune, sous le rapport de l'habitation, de l'instruction et l'indigence, du séjour, de l'état civil,... 

Selon les statistiques établies par l'organisme, on découvre d'intéressantes statistiques au sujet d'Ecaussinnes. A l'époque, les gazouillis d'oiseaux et le meuglement des vaches rythmaient les déplacements. Et la lenteur était une vertu. 

Si l'on observe les statistiques, on remarque une population très modeste. Ecaussinnes-d'Enghien, il y a 1781 hommes et 1750 femmes, soit 3531 en tout. Le nombre de maisons habitées s'élève à 730. A Ecaussinnes-Lalaing,il y a 434 hommes et 489 femmes. Le total est de 923. Il y a 491 maisons habitées. Et à Marche-lez-Ecaussinnes, on recense 936 hommes et 941 femmes, ce qui fait 1877 habitants. Pour 396 habitations.

On y note également une poignée de détails intéressants. Marche est sillonnée par plusieurs cours d'eau dont le Brabant qui à l'époque, sert deux moulins à farine (il y en a trois dont un activé par le vent) ainsi qu'à irriguer des prés. On n'y compte pas moins de quatorze fermes, mais aussi trois moulins à chicorée, une brasserie, des tonneliers, des cordiers, des affineurs de lin et un marchand de vin... entre autres.

A Lalaing, on dénombre onze fermes et on y cultive le pommier, le poirier, le cerisier et le noyer. Il existe deux carrières riches en pierres bleues et grises d'une qualité supérieure. Là aussi, on y trouve notamment deux brasseries, une tannerie et une blanchisserie de toiles. Et pourtant, aucune route importante ne traverse le territoire.

A Ecaussinnes d'Enghien, l'exploitation des carrières emploie une masse importante d'ouvriers. "Lorsque les circonstances sont favorables à ce genre d'industrie, les carrières des Ecaussinnes offrent une source de prospérité pour cette commune, à cause de la grande activité des travaux d'exploittaion et de transport qui font régner une certaine aisance parmi la classe ouvrière; mais celle-ci est réduite à un état déplorable, lorsque ce commerce languit ou éprouve des interruptions", peut-on y lire. S'il n'existe alors aucune grande route, une chaussée joint le hameau de Belle-Tête à la route de Braine-le-Comte. Le hameau de Belle-Tête est composé d'une quarantaine d'habitations, ce qui lui donne l'aspect d'un village.