Recensement de la population en 1846: coup de phare sur Ecaussinnes

Pin it!

Recensement général 1846.jpgLa Belgique est toute neuve, un enfant encore puisqu'elle entre dans l'âge de l'adolescence humaine lorsqu'on publie le recensement général de la population, arrêté au 15 octobre 1846 et publié par le Ministère de l'Intérieur en 1849. La population est déclinée selon sa commune, sous le rapport de l'habitation, de l'instruction et l'indigence, du séjour, de l'état civil,... 

Selon les statistiques établies par l'organisme, on découvre d'intéressantes statistiques au sujet d'Ecaussinnes. A l'époque, les gazouillis d'oiseaux et le meuglement des vaches rythmaient les déplacements. Et la lenteur était une vertu. 

Si l'on observe les statistiques, on remarque une population très modeste. Ecaussinnes-d'Enghien, il y a 1781 hommes et 1750 femmes, soit 3531 en tout. Le nombre de maisons habitées s'élève à 730. A Ecaussinnes-Lalaing,il y a 434 hommes et 489 femmes. Le total est de 923. Il y a 491 maisons habitées. Et à Marche-lez-Ecaussinnes, on recense 936 hommes et 941 femmes, ce qui fait 1877 habitants. Pour 396 habitations.

On y note également une poignée de détails intéressants. Marche est sillonnée par plusieurs cours d'eau dont le Brabant qui à l'époque, sert deux moulins à farine (il y en a trois dont un activé par le vent) ainsi qu'à irriguer des prés. On n'y compte pas moins de quatorze fermes, mais aussi trois moulins à chicorée, une brasserie, des tonneliers, des cordiers, des affineurs de lin et un marchand de vin... entre autres.

A Lalaing, on dénombre onze fermes et on y cultive le pommier, le poirier, le cerisier et le noyer. Il existe deux carrières riches en pierres bleues et grises d'une qualité supérieure. Là aussi, on y trouve notamment deux brasseries, une tannerie et une blanchisserie de toiles. Et pourtant, aucune route importante ne traverse le territoire.

A Ecaussinnes d'Enghien, l'exploitation des carrières emploie une masse importante d'ouvriers. "Lorsque les circonstances sont favorables à ce genre d'industrie, les carrières des Ecaussinnes offrent une source de prospérité pour cette commune, à cause de la grande activité des travaux d'exploittaion et de transport qui font régner une certaine aisance parmi la classe ouvrière; mais celle-ci est réduite à un état déplorable, lorsque ce commerce languit ou éprouve des interruptions", peut-on y lire. S'il n'existe alors aucune grande route, une chaussée joint le hameau de Belle-Tête à la route de Braine-le-Comte. Le hameau de Belle-Tête est composé d'une quarantaine d'habitations, ce qui lui donne l'aspect d'un village. 

Commentaires

  • Très intéressant. Je débarque sur ce blog et je ne sais donc pas encore ce qu'il contient. Existe-t-il d'autres documents parlant du passé d'Ecaussinnes ?

  • Bonjour Annick!

    Merci pour ton commentaire. J'ai créé ce blog en 2005 avec l'idée de rassembler quelques bouts d'histoire d'Ecaussinnes, au fil des documents qui me tombaient sous le nez. J'ai rédigé à ce jour, 225 notes, je crois, sur des sujets variés et beaucoup, évidemment, sur le goûter matrimonial. Le blog est farci de documents relatifs au passé d'Ecaussinnes. Je parle rarement du présent. Si tu cliques dans la colonne gauche sur "Toutes les archives" (http://tunneldesamoureux.skynetblogs.be/archives/), tu auras une idée des sujets qui y sont traités avec une possibilité de cliquer sur les tags qui t'interpellent, par exemple. Je te souhaite une bonne lecture.

  • Très intéresant, y a-t-il d'autres articles parus?

Les commentaires sont fermés.