Parc du Souvenir steampunk

Pin it!

zIMG_3908b (Copier).jpgLes Amis du Folklore avaient misé sur une mode qui bien qu'encore marginale sous nos latitudes, s'inscrit bien dans l'air du temps. L'atmosphère était steampunk ou rétrofuturiste dans le Parc du Souvenir. Une poignée d'artisans proposaient des articles inspirés par l'époque victorienne et remis au goût du jour. Malheureusement, l'événement était plutôt discret. Manque de temps ou de moyens pour organiser un marché sur le thème de plus grande envergure? zIMG_3895a (Copier).jpgSi l'on restait un peu sur sa faim, on se laissait volontiers bercer par l'ambiance musicale douce assurée par une harpiste, sous le feuillage vert tendre. 

zIMG_3907b (Copier).jpgCe marché a néanmoins permis aux non initiés de découvrir l'univers vaporiste. L'inspiration de ce mouvement issu de la culture underground se puise dans le XIXe et des constantes demeurent: les références à Jules Verne, à Sherlock Holmes et à la piraterie. La tenue steampunk est immédiatement identifiable grâce à quelques accessoires: le haut-de-forme ou la casquette Sherlock Holmes, la montre gousset, l'indispensable paire de goggles, le corset à motif arachnéen, les multiples accessoires en métal rutilant, le zIMG_3894a (Copier).jpgcuir ou le simili-cuir, etc. Mais l'accessoire ou l'esthétique ne font pas tout car le steampunk, c'est aussi un style vie basé sur la récupération et le détournement des objets. Le steampunk n'est pas essentiellement tourné vers la consommation de nouveaux vêtements ou accessoires mais il laisse une large part à la création personnelle, à l'imaginaire. Le vaporiste écume les brocantes à la recherche d'objets sans doute cassés, de rouages, de pièces de machines,... Ce qu'il en fera n'aura pour limites que celles de son imagination.
zIMG_3901a (Copier).jpg

Marchands de bijoux uniques, de chapeaux ou de reliures fantasmagoriques, photographe utilisant la méthode au collodion animaient ce marché qui a vu la présence de grappes d'amateurs. zIMG_3911a (Copier).jpgLe genre pourrait trouver dans la région un terreau fertile, lorsque l'on songe à son glorieux passé industriel. Les arrière-petits-enfants des métallos, des mineurs et des carriers ont sûrement au fond de leurs greniers, des reliquats de la fin du XIXe siècle. Aujourd'hui, ces objets, ces vêtements usés vont prendre tout leur sens et peut-être servir à l'élaboration d'une autre culture, d'un présent alternatif drôlement séduisant. A repenser pour un prochain goûter ou même à réexploiter pour une manifestation plus proche. Le steampunk, c'est du recyclage intelligent et à Ecaussinnes, le recyclage, on connaît!

Commentaires

  • Je pense que c'est une très bonne idée...

Les commentaires sont fermés.