• Circuit à travers le Roman Pays de Brabant en 1964

    Pin it!

    Cette page extraite de "La Belgique en 200 photos" , ouvrage édité par les Éditions du Lombard en 1964, mentionne l'existence d'un musée du folklore devant la maison communale.
     
    belgique en 200 photos ecaussinnes 2 [800x600]

  • L'Église Saint Rémy frappée par la foudre

    Pin it!
    eglise saint rémy,foudre,orage,18e siècle,vitraux,orgue,follieDatant approximativement de 1650, l'Église Saint Rémy à Ecaussinnes d'Enghien a été démolie en  1786, parce que la foudre s'était abattue sur  le bâtiment. C'est en 1852 seulement que la nouvelle église fut à nouveau érigée. Les vitraux y furent placés entre 1877 et 1880. eglise saint rémy,foudre,orage,18e siècle,vitraux,orgue,follie

    Cette paroisse a la particularité de posséder un grand orgue qui affiche plus de 150 ans. Construit en 1852 par les frères Louis et Florian Gheude (facteurs d'orgue nivellois), cet instrument valait, à l'époque, 3.800 francs.

    C'est là qu'on peut également voir le monument funéraire représentant Bernard d'Orley, seigneur de la Follie et son épouse Isabeau de Witthem, qu'on doit vraisemblablement au sculpteur valenciennois Jean Mone (XVIe siècle).

     

    Les photos datent du début des années 80. 

     

  • Neige sur l'Église Sainte Aldegonde

    Pin it!

    L'Église Ste Aldegonde vue de la rue des Robinettes qui s'étire en un sentier vers le Tunnel des Amoureux... Photo prise lors d'un hiver (encore classique) au début des années 80.

     Sans titre-Numérisation-15 [800x600]

  • Aux racines du manoir ... Henry Lejeune

    Pin it!

    Pilori
    J'avais évoqué au détour d'un post (http://tunneldesamoureux.skynetblogs.be/post/3019887/le-pilori-a-la-fin-des-annees-60#7140460) la Place du Pilori, et l'établissement qui abritait jadis les "délires" (?) artistiques et notamment, ceux des "Racines du Manoir", mouvement initié par le peintre Henry Lejeune. J'aimerais mettre en exergue les commentaires de ses enfants, Nadine et Frédéric qui m'ont fait l'honneur et la gentillesse de réagir.

    "Le Pilori était avec le Royal, le quartier général de notre père, Henry Lejeune", écrit Nadine Lejeune. "C'est là qu'il refaisait le monde avec les fidèles qui, années après années sont devenus les chevilles des "Racines du Manoir". Faut-il parler de "réunions" peu importe le nom, les idées foisonnaient et les projets se concrétisaient parfois en expos. Jacques Ducaju le poète, Jacques Deblocq, Charles Timmermans, Jean-Pierre Stassin, Maurice Robert, Jules Regner, le "sage" se tenant plus à l'écart des idées révolutionnaires mais toujours là avec Andrée pour donner le coup de main...j'en oublie ...qu'ils me pardonnent et qu'ils ajoutent leur nom à la liste...

    Le moteur de tout cela, Henry Lejeune reste encore aujourd'hui sur la baricade de ses idées, il est toujours comme disait Achille Chavée "un vieux peau rouge qui ne marche pas à la file indienne". Il est encore bien des annecdotes à remettre à leurs justes places avant que les mémoires de ceux qui y étaient ne s'éteignent...

    Henry est toujours aussi ce livre ouvert sur son village même si il en est éloigné.
    Je sais aussi qu'une chose lui tient à coeur aujourd'hui et celle là est gravée en lettres de sang et de larmes, c'est l'histoire de son frère Alphonse LEJEUNE injustement oublié dans les anales d'une guerre peut-être lointaine mais encore présente dans les coeurs de beaucoup.

    Pas de trace de lui au "petit maquis" et pourtant pendant cette guerre, Alphonse était le garagiste "officiel"de la résistance, il réparait les véhicules, en cachait d'autres dans son atelier et finalement fût arrêté en répondant à un appel de la résistance.

    Je demande que l'on reconnaisse son sacrifice et son courage et que l'on répare ainsi une injustice qui même si elle n'est plus d'actualité reste une plaie dans les coeurs de ceux qui l'ont connu.

    Son fils Frédéric ajoute : "C'est vrai que n'importe qui pouvait être cloué à tout moment au Pilori par un orateur allumé, mais l'ambiance ne quittait jamais le registre de la plaisanterie dérisoire. André veillait au grain : colosse aux yeux d'argile, on était là pour boire, rigoler et écouter du jazz. Et pas n'importe quoi; les meilleurs musiciens d'Europe s'il vous plait. Merci a toi André pour ce que tu as fait découvrir avec tant de passion et de générosité. Merci à vous, tous les clients de l'époque, pour m'avoir fait rêver d'anarchie, de révolution et de Coltrane."

    Les clics indispensables : http://www.geocities.com/hlejeune/Lejeune.htm

     http://spitin.musique.com

     

     

  • Une pointe à Ecaussinnes avec Marabout Flash

    Pin it!

    marabout3 Maison belge à l'origine (Verviers), les éditions Marabout ont connu, dans les années 60 et 70, leurs heures de gloire, notamment grâce à la collection Marabout Flash qui alliait visée pratique et format de poche.
    Dans celui-ci, on y parle évidemment d'Ecaussinnes. C'était au temps où les vacances dépaysantes se traduisaient par quelques jours à la mer du Nord ou dans les Ardennes. C'était au temps où l'on savourait encore les plaisirs simples et généreux offerts par notre pays, sans songer à l'exotisme des destinations lointaines aujourd'hui monnaie courante.
    Il y a exactement neuf lignes sur Ecaussinnes. 
     
    marabout2
     Pour l'anecdote, des détails qui datent de 1964 :
     
    marabout1

  • Souvenir de l'hiver 2007

    Pin it!
    Eh oui, on a l'humeur coquine aux Ecaussinnes et le doigt prompt sur la canette...
     

    sapin,noël,cannettes,gare,humour