• Présence protestante à Ecaussinnes

    Pin it!

    protestant,temple,blandine rubens,méthodiste,église,usa,bible,cantiquesLa présence protestante aux Ecaussinnes remonte à la construction du temple de la rue de la Haie. Il y a peu de traces protestantes dans le village mais Blandine Rubens a, on le sait, son tombeau dans l'église Sainte-Aldegonde. Or, la soeur du peintre anversois vécut ses vingt premières années dans la foi luthérienne.
    Lors de l'été 1924, une "campagne sous la tente" initiée par la Mission méthodiste, a lieu aux Ecaussinnes. Un petit groupe ayant "exprimé le désir de se rattacher à l'Évangile", sous la houlette du prédicateur Jean Fisher, est dès lors à la recherche d'un local de réunion.
    Pendant deux ans, les assemblées vont se dérouler au 55 de la rue de la Laiterie (actuelle rue Jean Jaurès).
    Le 24 mars 1926, la première pierre du temple est posée au 33 de la rue de la Haie, en présence de l'évêque américain William Benjamin Beauchamps, en charge des Missions méthodistes en Belgique, Tchécoslovaquie et Pologne. L'architecte était le pasteur britannique Herbert Havill Stanley. Sous cette pierre, furent déposés une Bible, un recueil de cantiques, un exemplaire de la Discipline méthodiste, un programme de la cérémonie ainsi que la liste des membres de l'Église. L'inauguration eut lieu cinq mois plus tard, soit le 29 août 1926.

  • Des chevaux de bois écaussinnois

    Pin it!

    culot,tailleur de pierre,manège,ducasse,kermesse,chevaux de bois,carrousel,galopant,ecomusée,centre,la louvère,bois-du-lucArmé d'un fusil à plomb, Eloi Culot pose un maillet de bois sur un bloc de pierre et tire une volée de plombs sur l'outil des tailleurs de pierre. Ainsi avait-il symboliquement signifié qu'il en avait fini avec son métier de tailleur de pierre. Eloi Culot avait dorénavant épousé la profession de forain.
    L'homme avait construit son propre manège. Il était dépourvu de moteur et les enfants devaient souvent le pousser. Un effort qui leur valait un tour gratuit...
    Le rêve d'Eloi était cependant de posséder un carrousel garni de chevaux de bois. Il le conçut donc lui-même et déposa son brevet de construction d'un carrousel à vapeur, le 3 février 1899.
    Eloi Culot ne put cependant savourer le succès de son carrousel galopant que jusque 1911, année où il décéda, âgé de 65 ans. Son épouse et ses enfants reprirent le flambeau. Au décès de Maria, la veuve d'Eloi dans les années 30, un de leurs fils continua à sillonner les ducasses de la région jusqu'à la fin des années 40.
    Les temps avaient changé. Le carrousel d'Eloi fut démantelé et les chevaux de bois furent vendus à la pièce, à des collectionneurs.
    culot,tailleur de pierre,manège,ducasse,kermesse,chevaux de bois,carrousel,galopant,ecomusée,centre,la louvère,bois-du-luc



    Pour en savoir davantage, veuillez vous référer à l'ouvrage publié par l'Ecomuseé régional du Centre, "Nos Ducasses. Ducasses dans la région du Centre d'hier à aujourd'hui" (1997). Ecomusée de Bois-du-Luc, rue Saint-Patrice, 2/B - 7110 La Louvière (064/28.20.00).http://www.ecomusee-regional-du-centre.be/"
  • Gare à la gare !

    Pin it!


    La gare d'Ecaussinnes-Carrières aux environs de 1908, par une matinée de Goûter Matrimonial


    Je ne peux m'empêcher de ressentir un pincement au coeur, lorsque je passe devant la gare d'Ecaussinnes. Aujourd'hui proie des vandales et de l'indifférence générale, la station accueillait quotidiennement la bagatelle de 5000 voyageurs, à la fin des années 1930 et on y recensait près de cent trains par jour.
    A l'époque, la presse relayait la nécessité de sécuriser l'outil ferroviaire et les abords de la gare. Dans "La Sennette" du 2 janvier 1938, on lit notamment ceci : "Il y a un an, nous avons signalé l'insécurité des voyageurs dans cette gare. Les journaux ont fait écho aux réclamations formulées. Depuis qu'a-t-on fait ? Rien ! Nous rendons à nouveau la SNCB responsable des accidents qui tôt ou tard se produiront. Pas un abri pour les voyageurs ! Attend-t-on que le malheureux accident arrivé à notre estimé concitoyen Justin Cousot se réitère en gare d'Ecaussinnes-Carrières ? Pas un abri pour les ouvriers prendre leur repas ! Et la municipalité d'Ecaussinnes, qu'a-t-elle fait pour signaler à qui de droit la vétusté des bâtiments, le danger permanent des quais ? Rien, absolument rien ! Un bon mouvement, messieurs ! Pourquoi n'inviteriez-vous pas notre ministre des Transports à venir constater de visu la largeur des quais, tout spécialement celui se trouvant entre les voies 1 et 2; le passage des trains sur le seuil de la porte de la salle d'attente; le danger de traverser les voies, le manque d'abris pour ouvriers et voyageurs de la gare ? Un bon mouvement, messieurs de la municipalité, nous avons des élections pour le renouvellement de vos mandats en 1938." (...)
    L'insécurité en ces temps, correspondait à des défauts d'équipement; de nos jours, l'insécurité fait davantage référence à un climat, un état d'esprit. J'ignore quelle insécurité est la plus intolérable mais j'ai comme l'impression qu'on s'indigne clairement de moins en moins.


    gare,sncb,train,chemin de fer,rail,sennette,ecaussinnes-carrières,quai,salle d'attente,voyageursgare,sncb,train,chemin de fer,rail,sennette,ecaussinnes-carrières,quai,salle d'attente,voyageurs

  • Des oeufs en chocolat à la Follie

    Pin it!

    pâques,oeufs,chocolat,follie,château,ligue des familles,chasse aux oeufs

    Lpâques,oeufs,chocolat,follie,château,ligue des familles,chasse aux oeufsa tradition est à présent bien ancrée dans bon nombre de communes et à Ecaussinnes, on n'y échappe pas non plus. Je veux bien entendu parler de la désormais sacro-sainte chasse aux oeufs. L'une des plus pittoresques du village est sans conteste celle organisée par la Ligue des Familles dans l'écrin de verdure qui enveloppe le romantique Château de la Follie. Ce matin, les enfants se sont éparpillés dans le domaine de la Follie, en quête de friandises en chocolat.pâques,oeufs,chocolat,follie,château,ligue des familles,chasse aux oeufs


    L'occasion pour les parents de flâner quelques minutes dans cet espace où le temps s'est figé, où le gazouillis des moineaux, le gargouillis de la Sennette et le friselis des feuillages vous réconcilient avec la vie et le monde...