• La maison communale marchoise : 65 ans de bons et loyaux services

    Pin it!

    marche,maison communale,cihl,histoire locale,saint géry,hecq,fusion des communes,réunionsSelon le CIHL (Cercle d'Information et d'Histoire Locale des Ecaussinnes et Henripont), tout porte à croire que Marche-lez-Ecaussinnes était dépourvu de "maison commune" avant le début du XIXe siècle. Les réunions se déroulaient sur la place publique, au sein de l'église ou dans la maison du bailli qui représentait le seigneur local (mieux connue sous l'appellation de "château de Marche", rue de Familleureux).

    On mentionne, pour la première fois, la maison communale marchoise dans le registre de délibération du conseil communal du 3 mai 1820. A l'époque, la maison communale abrite une salle de réunion pour la tenu des conseils communaux, une salle d'école, un local à usages multiples et dans les caves, les prisons... Contre le mur de la paroisse Saint Géry, le bâtiment se révéla vite trop étriqué. Il va d'ailleurs se voir démantelé un peu plus tard. En 1910, on décida de construire une nouvelle maison communale. L'ambitieux projet dépassa toutefois les modestes moyens de la commune qui en 1911, envisage plutôt d'acquérir la coquette maison bourgeoise des Demoiselles Hecq sur la place. Après achat, des travaux d'aménagement sont entrepris. La demeure allait dès lors se muer en administration communale jusqu'à la fusion des communes.