• Y'a du Goûter Matrimonial dans l'air...

    Pin it!

    Le Bal d'Élection de la Présidente du Goûter Matrimonial approche à grands pas. Organisé le samedi 11 février à la Maison du Peuple (Avenue de la Déportation), l'événement orchestré par les Amis du Folklore, verra la nomination de l'ambassadrice des Ecaussinnes pour 2006, ainsi que de ses demoiselles d'honneur. Le jury sera composé de personnes tirées au sort dans l'assistance.
    Une manifestation traditionnelle qui prouve que le coeur d'Ecaussinnes palpite toujours au rythme de son Goûter. Et que l'Amour se niche sans doute au détour d'une rue écaussinnoise...
    À la Pentecôte, des contingents de candidats au Mariage ou à l'aventure se déversent dans le petit village. Ils viennent de Wallonie ou de Flandre mais aussi de Grande-Bretagne, d'Australie, des USA et d'ailleurs, impatients d'être titillés par les flèches de Cupidon.
    J'avais rencontré, il y a une quinzaine d'années, des candidats à l'hymen pas comme les autres. Leur démarche m'avait beaucoup amusée. Cela faisait un quart de siècle que ces tourtereaux alors quinquagénaires s'inscrivaient en exigeant d'être assortis... Un quart de siècle qu'ils revendiquaient les mêmes numéros (69 pour lui, 96 pour elle !). Et pourtant, ils ne s'étaient jamais passé la bague au doigt. "Elle ne supporte pas les fumeurs et je n'ai pas envie d'arrêter la cigarette", alléguait-il. Moi, je pense plutôt que s'ils s'étaient mariés, ils n'auraient plus renouvelé ce moment frais, adolescent et rieur, cet instant de complicité miraculeux irrémédiablement associé au Goûter Matrimonial.

    goûter,présidente,bal,amis du folklore,amour,pentecôte,mariage,coeurgoûter,présidente,bal,amis du folklore,amour,pentecôte,mariage,coeur

  • Le Pilori à la fin des années 60

    Pin it!

     

    pilori,place des martyrs,racines du manoir,henry lejeune

     

    On le sait. Point de pilori sur la Place du Pilori : celui-ci se trouvait, en réalité, sur l'actuelle Place des Martyrs. L'endroit vaut néanmoins le détour. Le restaurant y connaît une solide réputation et il fut, début des années 70, siège d'une activité artistique majeure. C'est là que se réunissaient les disciples des "Racines du Manoir", groupe initié par le peintre surréaliste Henry Lejeune. Voici la place aux alentours de 1967.

  • Tant que le loup n'y est pas...

    Pin it!

    À la limite d'Ecaussinnes d'Enghien et de Braine-le-Comte, le Chemin aux Loups mène au Bois de la Houssière. En 1453, ce chemin était la propriété du domaine comtal. Et giboyeux, ce lieu l'était certes. Les loups y pullulaient d'ailleurs.
    Pour se débarrasser de ces carnassiers mal aimés, le comte de Hainaut Aubert IV de Bavière promulgua un acte en 1395, qui délimitait les droits et devoirs des louvetiers. Le Grand Louvetier était l'officier de la maison du roi, qui commandait l'équipage pour la chasse au loup.
    Les louvetiers avaient le privilège du "tour du loup". Cela signifiait que tout chasseur ayant abattu des loups dans un rayon donné, avait le droit d'exiger des propriétaires de troupeaux de moutons ainsi que des fermiers, certains avantages.
    Des édits ultérieurs viseront cependant à endiguer les nombreux abus des louvetiers.
    Depuis le XIXe siècle, le Chemin aux Loups n'a bien entendu plus de loups que son nom.

  • Un coin de la Grand Place, fin des années 50

    Pin it!

    grand place,cga,magasin,textiles,années 50

     

     

     

     

    C'est fou ce qu'on peut trouver d'intéressant et surtout d'émouvant en fouillant dans de vieux albums photo. Ce cliché doit avoir été pris vers la fin des années 50 sur la Grand Place d'Ecaussinnes. On y remarque le magasin CGA (Centrale Générale d'Alimentation ?) qui vendait entre autres des textiles. L'endroit est à présent occupé par une boutique de location vidéo.

     

  • Et Belle Tête

    Pin it!

    Et voici le visage du quartier aujourd'hui. La photo a été récemment prise par Puvipusot.

     

  • Belles-Tettes...

    Pin it!

    Drôle d'histoire que celle de l'appellation du quartier de Belle-Tête (voir post du 18 novembre, "Quand Belle Tête s'appelait Belles-Tettes")... Un sympathique habitant du coin (Puvipusot) m'a transmis deux photos de sa rue, deux illustrations que je me fais un plaisir de poster. Celle-ci est extraite du recueil "Ecaussinnes en cartes postales" de l'abbé Léon Jous (sans lequel l'histoire des Ecaussinnes ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui...). Ce blog n'existerait pas sans lui.

  • Le Trou Barette, enchanteur mais inaccessible (3 et fin)

    Pin it!

    ecaussinnes,carrière,mayeurmont,rails,spinois,chemin de fer,sncb,vapeur,thiarmont,eaux,compagnie intercommunale bruxelloise des eaux,vivaquaQuand Joseph Huart acquiert une carrière à Mayeurmont, sa première démarche est de solliciter l'autorisation de l'Administration communale pour "établir des rails dans la traversée du chemin du Long Spinois et celui de Naast à Marche pour relier leurs carrières au chemin de fer de l'Etat pour le transport des pierres par wagons tirés par des chevaux." L'autorisation est délivrée et plus tard, il pourra également rattacher à sa machine à vapeur qui scie les pierres, des pompes pour puiser les eaux et les rejeter par aqueducs dans le ruisseau de Thiarmont.

    La carrière se retrouvera néanmoins inondée à maintes reprises. En 1914, elle demeurera sous les eaux pour de bon. Le dernier propriétaire la vendra finalement en 1948, à la Compagnie Intercommunale Bruxelloise des Eaux. Devenue aujourd'hui Vivaqua.